Paris en ligne : le secteur hippique et le poker flambent, pas les paris sportifs

L'étude trimestrielle publiée par l'autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) révèle une hausse des mises dans le secteur hippique et le poker, mais une baisse dans le domaine des paris sportifs.

Avec 2,3 millions de comptes de joueurs actifs en 2011, le marché des jeux en ligne a enregistré un total de près de 10,4 milliards d'euros de mises, répartis entre les activités de paris sportifs (592 millions d'euros), paris hippiques (environ 1 milliard d'euros) et poker (8,8 milliards d'euros), selon l'étude trimestrielle publiée par l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel).

 

Alors que les paris hippiques ont connu une hausse de 12% des mises par rapport au 4ème trimestre 2010, les activités de poker en ligne connaissent, elles, des fortunes diverses. Le poker cash-game est en léger recul (baisse de 3% des mises) alors que l'activité de tournois continue son ascension, avec une augmentation de 24% des droits d'entrée.

 

Une croissance que ne connaît pas le secteur des paris sportifs qui, avec une chute de 23% des mises par rapport au 4ème trimestre 2010, connaît un net arrêt. Deux raisons à cela : un taux de retour des joueurs moins importants et l'effondrement des dépenses marketing des opérateurs. Des opérateurs qui, s'ils ont délaissé l'achat d'espace dans les médias grand public (baisse de 56% des investissements publicitaires en presse, télévision et radio), en ont profité pour se concentrer sur Internet (affiliation et référencement) auquel ils ont consacré près du quart de leur budget marketing au cours du dernier trimestre de l'année. Ce recentrage est à mettre en perspective avec le nombre toujours croissant de joueurs en ligne dont 12% sont des "mobinautes" (contre 10% au 3ème trimestre 2011).


 

Paris sportifs / Jeux