La soeur de Mark Zuckerberg piégée par Facebook

Les paramètres de confidentialité peu clairs de Facebook ont conduit une photo de la famille de son fondateur a être largement diffusée sur la Toile, provoquant une pluie de sarcasmes.

Sur le Web, la dernière histoire d'arroseur arrosé en date concerne Randi Zuckerberg, la sœur du patron de Facebook Mark Zuckerberg, qui vient de se faire prendre au piège par les paramètres de confidentialité du réseau social. L'entrepreneuse, directrice marketing et porte-parole de la société jusqu'en août 2011, a en effet posté sur son compte Facebook une photo familiale montrant cinq personnes, dont Mark, grimaçant pour simuler l'effet d'un "poke". Voyant apparaître la photo sur sa timeline, car une sœur de Randi y était taguée, une amie de cette deuxième sœur l'a repostée sur Twitter. Au grand dam de Randi, qui a instantanément réagi sur le service de micro-blogging par le message suivant : "Pas sûre de savoir où vous avez eu cette photo. Je l'ai postée uniquement pour mes amis sur FB. Que vous la repostiez sur Twitter n'est vraiment pas sympa."

Démontrant simplement combien les réglages des paramètres de confidentialité de Facebook peuvent être déroutants, l'histoire aurait pu s'arrêter lorsque l'amie s'est excusée en expliquant avoir pensé ladite photo publique. Mais Randi Zuckerberg s'est fendue quelques heures plus tard d'une leçon de vie privée : "Etiquette digitale : demandez toujours la permission avant de poster publiquement la photo d'un ami. Ce n'est pas une histoire de paramètres de confidentialité, mais de décence humaine". Une pluie de sarcasmes s'est alors abattue sur elle, Dan Lyons remarquant par exemple sur Readwrite.com : "Qu'il est horrible que quelqu'un puisse prendre quelque chose vous appartenant et l'utiliser d'une façon que vous n'aviez pas prévue et pour laquelle vous n'aviez pas explicitement donné votre permission !" Et de rappeler les innombrables raisons pour lesquelles il estime que Facebook, et depuis peu sa filiale Instagram, sont tout sauf des parangons de la vie privée... ou de la décence humaine (lire l'article Une plainte collective déposée contre Instagram en Californie, du 26/12/2012).

Facebook / Web 2.0