Gauthier Picquart trouve absurde l'idée d'une taxe e-commerce

L'amendement a été retiré devant les critiques de la majorité et de l'opposition. Mais le sujet reste en suspens.

Le PDG de Rueducommerce.com a déclaré dans une interview Orange – Le Figaro "qu'il est absurde de vouloir taxer les sites de e-commerce, car malheureusement, ils n'ont pas la capacité de payer". La Commission des Finances du Sénat a adopté début novembre deux amendements au projets de loi de Finances pour 2011, instaurant des taxes sur la publicité en ligne, à hauteur de 1% sur les transactions d'achat d'espaces publicitaires, et sur l'e-commerce, à hauteur de 0,5 % des transactions B to B. Le sénateur Marini a cependant retiré le dernier amendement devant les critiques au sein de la majorité, en échange de la création d'un groupe de travail qui va plancher sur cette question.

 

Gauthier Picquart souligne que dans ce secteur "la majorité des sociétés ne fait pas de bénéfices". "Nous avons des niveaux de résultats inférieurs à ceux de la distribution traditionnelle. Sur une année, quand nous arrivons à sortir 1 % de résultats c'est déjà beaucoup. Nous taxer, ce n'est pas raisonnable car nous avons besoin d'investir. Si ce ne sont pas des sociétés françaises qui investissent, des sociétés étrangères le feront."

 

Rueducommerce a enregistré une perte de 2,4 millions d'euros sur le premier semestre 2010 - 2011, contre une perte de 0,66 millions d'euros sur l'exercice précédent. Toutefois 2 millions d'euros de perte étaient dues à une restructuration destinée à améliorer sa compétitivité, avec notamment une réorganisation des process. Gauthier Picquart a par ailleurs affirmé leur filiale Clust, spécialiste de la vente en ligne de produits techniques, pourrait redévelopper une activité d'achats groupés.

Gauthier Picquart / Loi de finances