Yahoo vire Carol Bartz et se cherche un acheteur

La remplaçante de Jerry Yang paye les résultats en demi-teinte du groupe et la signature d'un accord avec Microsoft, qui semble surtout profitable à ce dernier.

Carol Bartz ne savourera pas le renouveau de Yahoo qu'elle annonçait elle-même pour 2012. La PDG de Yahoo vient d'être licenciée sur décision du conseil d'administration du groupe. Une décision qu'elle a appris par un coup de téléphone du président du conseil d'administration de Yahoo, Roy Bostock. Timothy Morse, l'actuel directeur financier de Yahoo assurera l'intérim en attendant qu'un successeur soit trouvé à Carol Bartz.


Cette décision semble répondre à la pression croissante exercée par certains actionnaires au cours des derniers mois. Depuis la prise de fonction de Carol Bartz début 2009 à la suite du co-fondateur du portail, Jerry Yang, plusieurs investisseurs plaident pour une revente au moins partielle d'actifs majeurs de Yahoo. Le groupe va d'ailleurs étudier différentes options d'évolution, parmi lesquelles figurerait un désengagement de ses activités en Asie, voire une vente pure et simple du groupe "au bon acheteur", affirme le "Wall Street Journal". 


A la tête de Yahoo, Carol Bartz a opéré une vaste réorganisation du portail, fermant ou se délestant de services jugés non prioritaires. Delicious a par exemple été revendu, ainsi que le service de messagerie électronique Zimbra. Le groupe a également mis un terme à son service de pages personnelles Geocities ainsi qu'à son annuaire de pages Web. En parallèle, le groupe a procédé à 1 300 suppressions de postes depuis l'arrivée de Carol Bartz.


Le principal apport de Carol Bartz à Yahoo reste la signature d'un accord de partenariat avec Microsoft, suite à la tentative ratée de rachat de Yahoo par l'éditeur de logiciels en 2008, qui avait à l'époque coutée sa place à Jerry Yang. Ce rapprochement des services techniques et commerciaux, devenu effectif aux Etats-Unis au début de l'année, semble tarder à porter ses fruits. Jusqu'à présent, ce rapprochement semble cependant davantage profiter à Microsoft qu'à Yahoo.


D'une manière générale, la désormais ex-patronne du portail n'a pas réussi à accroître significativement les revenus publicitaires du groupe, alors que le marché a repris une croissance forte, notamment sur le display. Selon eMarketer, la part de marché de Yahoo sur l'e-pub aux Etats-Unis devrait baisser de 13% cette année, après un déclin similaire en 2010. Cette baisse s'explique principalement par la part croissante que prend Facebook dans la publicité en ligne.


Sondage

Qui va remplacer Carol Bartz à la tête de Yahoo ?

Tous les sondages

Google, Yahoo, Microsoft / Yahoo