Bertrand Beaudichon (Mediaplus) : "Repenser le modèle de rémunération des agences pour rétablir la confiance"

L'ancien président de l'Udecam venait expliquer pourquoi et comment il va piloter le lancement de l'agence média allemande en France dans l'émission #Media.

Bertrand Beaudichon, qui lance l'agence média Mediaplus en France, était l'invité de l'émission #Media, diffusée en live ce jeudi 6 juillet à 9h30. Bertrand Beaudichon a quitté la vice-présidence d'Omnicom Media Group France en mars dernier, après près de 6 ans au sein du groupe avec comme autre casquette la direction générale de PHD. Il a désormais pour mission de superviser le lancement de l'agence média allemande Mediaplus, en France. "C'est la dimension entrepreneuriale de ce projet qui m'a séduit", explique celui qui va intégrer les équipes de deux agences médias, Génération Media et Plan.net Media au sein d'une même entité.

"Plus qu'une simple agence d'achat d'espace, Mediaplus se positionnera comme une agence de marketing." Pour lui, une "agence média n'a jamais eu autant les moyens de mettre les médias au service d'un succès business ou de la notoriété d'une marque". Conséquence, Mediaplus se tournera essentiellement vers des profils "seniors" et "issus de chez l'annonceur", avec pour socle, sans surprise, la data. Mediaplus France s'appuiera dans cette perspective sur les ressources de sa maison-mère qui est, selon de Bertrand Beaudichon, "l'un des principaux concurrents de Criteo en matière de retargeting en Allemagne". Mediaplus va également se mettre au programmatique, avec le lancement prévu de sa propre structure d'achat, qui ne sera "pas forcément un trading desk".

"Faire du programmatique ce ne sera plus seulement acheter des clusters d'audiences à des régies mais instiller sa propre donnée pour optimiser et personnaliser ses campagnes médias en les liant au CRM". Une pratique qui implique que les annonceurs donnent accès à leur propre donnée... Il faut donc instaurer un climat de confiance, ce qui passe par une réflexion sur la question de la rémunération. Bertrand Beaudichon appelle donc à une refonte du modèle actuel qui consiste à commissionner sur "les kilos de GRP achetés", pour passer un modèle plus juste, en "fonction du temps passé par les équipes, complété par une grosse part d'incentives à la performance réalisée". 

 

Autour du même sujet