Confidentiel : Artefact naît de la fusion entre Augusta Consulting et Little Big Data

Les deux spécialistes de la donnée vont former un ensemble qui accompagnera les marques sur la mise en place de leurs projets DMP et le pilotage des campagnes médias via la data.

Le cabinet de conseil en marketing digital et big data, Augusta Consulting, vient, selon nos informations, de fusionner avec un autre spécialiste de son secteur, Little Big Data, pour donner naissance à une nouvelle entité : Artefact.

Objectif de l'opération : réunir l'expertise conseil du premier avec les compétences technos du second pour accompagner les clients de la nouvelle entité sur toutes leurs problématiques d'optimisation de leurs données clients. Un rapprochement d'autant plus opportun qu'Augusta Consulting et Little Big Data partagent un même co-fondateur, Guillaume de Roquemaurel.

Les trois fondateurs se sont répartis le capital de manière équilibrée et sont très largement majoritaires. L'agence Fred et Farid, qui avait investi 400 000 euros dans Little Big Data en septembre 2014, reste présente au capital.

Réunir la data et la créa

"Nous y voyons l'opportunité de réunir deux univers qui se parlaient jusqu'ici assez peu : la data et la créa", nous explique Guillaume de Roquemaurel qui affirme que la frontière entre les compétences des deux entités était devenue de plus en plus poreuse.

"Augusta est progressivement monté en compétence côté techno, avec de plus en plus d'outils de scoring et visualisation de la donnée. Les clients de Little Big Data lui demandaient, eux, de plus en plus d'accompagnement dans la mise en œuvre de leurs projets technologiques."

"Nous allons pouvoir désormais accompagner nos client de bout en bout de la chaîne de valeur de la data", se réjouit Vincent Luciani, co-fondateur d'Augusta Consulting. Et de dépeindre une offre qui s'articule autour de la construction, du déploiement et du pilotage de la stratégie data.

"Il s'agit de réfléchir, en amont, à la stratégie à mettre en place selon l'usage prévu de la donnée, de voir comment déployer les technos qui permettent de supporter cette stratégie et enfin d'identifier les moyens d'alimenter les campagnes marketing avec ces données."

Du projet DMP au pilotage data des campagnes médias

Mise en place d'un projet de DMP et pilotage de l'achat média seront donc les deux maillons forts de l'offre d'Artefact. "Un nom qui symbolise cette fouille dans la donnée que nous opérons pour identifier les éléments saillants de nos campagnes clients", justifie Guillaume de Roquemaurel.

Installée du côté de Grands Boulevards, la nouvelle entité réunira une quarantaine de collaborateurs et espère en totaliser le double courant 2016. Le chiffre d'affaires consolidé s'établit à 2 millions d'euros pour l'année 2015, avec des clients tels que Danone, Carrefour, Air France ou encore Orange.

Dans un contexte de raréfaction des contacts publicitaires qui complique d'attirer l'attention du chaland, Guillaume de Roquemaurel reste convaincu du pouvoir d'attraction de sa nouvelle offre. "On ne peut plus se contenter de matraquer un message publicitaire, il faut en optimiser le fond et la forme, grâce à la data", assène-t-il. Dont acte.

Autour du même sujet