Internet représente 12,4% du mix média publicitaire en avril

Adex Report avril 2011 Plus de 283 millions d'euros bruts ont été investis dans le display en avril, notamment par les acteurs de la culture et des loisirs, qui ont augmenté leurs dépenses de 60%.

Sur près de 2,3 milliards d'euros bruts investis en publicité au cours du mois d'avril, 283,3 millions d'euros l'ont été dans la publicité en ligne (display uniquement) selon Kantar Media. Les investissements dans l'e-pub progressent de 4 % sur un an, mais baissent de 6,3 % par rapport au mois de mars. Internet représentait 12,4 % du mix média publicitaire en avril, une part stable par rapport à avril 2010. Depuis le début de l'année, les investissements plurimédias s'élèvent à 8,5 milliards d'euros soit +7,3 % comparé à la même période en 2010.


La croissance annuelle du Web est légèrement supérieure à celle moyenne de tous les médias (+3,5 %). Le ralentissement de la croissance publicitaire, déjà observé en mars se confirme. Ce freinage est notamment dû à la baisse de la radio (-1,2 %) et de la publicité extérieure (-4,7 %). Internet reste le quatrième support de pub en valeur derrière la télévision (+8,3 % à 793,6 millions d'euros), la presse (+1,7 % à 642,2 millions) et la radio (323,8 millions).


Avec près de 40 millions d'euros bruts investis dans le Web, les acteurs de la culture et des loisirs constituent le premier secteur annonceur sur Internet en avril. Leurs dépenses ont progressé de plus de 60 % en un an. Viennent ensuite le secteur de la banque-assurance (26,6 millions d'euros), en baisse de 12,5 % et ceux de l'automobile et des transports (22,8 millions) également en baisse de 12 %.


Deux secteurs ont plus que doublé leurs investissements en ligne sur un an : l'enseignement et la formation (+119 %) et l'industrie (+102 %). Ces deux secteurs restent cependant des annonceurs encore timides en display, avec des investissements respectifs de 2,3 et 1,4 million d'euros. A l'opposé, les acteurs de l'audiovisuel, de la photo et du cinéma ont très fortement baissé leurs dépenses en ligne, les ramenant de 5,5 millions à 1,7 million d'euros (-70,3 %).


Autour du même sujet