Eric Aderdor (SRI) "On ne peut pas avoir une économie Google-dépendante"

Eric Aderdor SRI Le président du Syndicat des Régies Internet, Eric Aderdor, était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", qui se tenait ce jeudi.

Eric Aderdor, président du Syndicat des Régies Internet (SRI), était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", présentée par le JDN et Décideurs TV en partenariat avec Offremedia, ce jeudi à 12h30. Dans sa feuille de route pour l'année 2014 : "Augmenter la part de marché du digital dans le pluri-media, créer une commission mobile en partenariat avec la MMA et créer un observatoire sur la partie real-time-bidding".

Interrogé sur le sous-investissement qui affecte le digital, qui pèse 22% du marché publicitaire en France, contre 35% au Royaume-Uni ou 30% en Allemagne, Eric Aderdor, optimiste, explique : "La France est un pays conservateur mais dès lors qu'elle adopte un usage, elle le fait à fond" et de préciser que le digital a aussi pâti de la déflation observée sur le marché de la TV. Parmi les annonceurs qui restent à convaincre figurent "les PME, encore trop peu présentes" et le secteur agro-alimentaire "encore trop souvent dans une logique de GRP et qui préfère la TV au digital qu'il considère comme un simple complément".

D'année en année, Google, Facebook et Twitter pèsent de plus en plus sur le marché. Problème ces sociétés ne sont pas membres du SRI et "ne le seront pas tant qu'elles n'accepteront pas d'être transparentes sur le chiffre d'affaires qu'elles réalisent en France". A la question d'un internaute qui lui demande si la prolifération des études qui critiquent la publicité online ne l'agace pas, Eric Aderdor déplore "ce display bashing qui discrédite le marché", rappelant que "énormément de contenus existent uniquement grâce à la publicité" 

PME / Syndicat