E-pub : où va le marché en France ? Une reprise timide espérée au second semestre

Avec une première partie d'année conforme aux prévisions les plus pessimistes, difficile de présumer d'une reprise de la croissance pour la suite de 2012. Et ce, même si l'on peut espérer que certains budgets gelés en raison du contexte seront reportés sur la 2e partie de l'exercice. De fait, le président de l'Udecam, Sébastien Danet, préfère revoir les prévisions émises fin 2011 à la baisse. "Nous tablons plutôt sur une croissance de 6% des investissements online pour 2012 contre 8% initialement", concède-t-il.

 

"Le marché français est en cours de transformation, les agences et régies s'équipent en savoir-faire et ce second semestre sera probablement un semestre de transition, justifie Luc Tran Thang. Si le marché français dépasse la frilosité qui le caractérise parfois, il est possible que la part de marché digital dans les investissements plurimédias dépasse le plafond des 25%, et pourquoi pas des 30%. Car toutes ces évolutions servent les annonceurs et leur capacité à générer de la croissance pour eux même." Difficile de ne pas voir dans de tels propos un prêche en faveur de RTB qui, s'il effraie encore certains annonceurs par sa complexité, est considéré par les agences médias et dans une moindre mesure, les régies, comme une véritable poule aux œufs d'or.

 

Evangéliser un marché cannibalisé par la TV sur l'efficacité du digital

Enfin, le président de l'Udecam comme le président du SRI s'accordent à dire qu'il faut continuer à évangéliser sur l'efficacité du digital dans un marché publicitaire encore cannibalisé par le format TV. Le premier avance même quelques regrets, en pointant du doigt "l'absence d'une unité de mesure commune et le manque de créativité des agences qui doivent poursuivre leurs efforts dans l'élaboration de contenus digitaux plus aboutis." Une condition sine qua non pour "préserver un relais de croissance dont la moindre défaillance pourrait affecter toute l'économie du marché."

 

en 2012, la croissance des investissements pubs online sera inférieure à l'année
En 2012, la croissance des investissements pubs online sera inférieure à l'année précédente. © Cap Gemini

Marché publicitaire