Mediaserv lève 20 millions d'euros pour dégrouper les DOM

Le FAI du groupe Loret investit depuis trois ans dans le déploiement de son propre réseau ADSL en Guadeloupe, Martinique, Guyane et à La Réunion pour offrir aux Domiens un service d'accès Internet concurrent de France Télécom. Il vise 100 000 abonnés ADSL en 2011.

Loret Télécom, la maison mère du fournisseur d'accès Internet Mediaserv, présent dans les départements d'outre-Mer, a bouclé en août 2008 une levée de fonds de 20 millions d'euros auprès de plusieurs partenaires. CDC Entreprises investit 7 millions ainsi que Financière Oceor, une filiale des Caisses d'Epargne. Proparco, filiale de l'Agence Française du Développement, et Perspectives et Participations, filiale de la BRED, apportent respectivement 5 millions et 1 million d'euros. Le groupe Loret reste actionnaire majoritaire du capital de Mediaserv. "Nous allons utiliser ces fonds pour déployer notre réseau dans les DOM", explique Ehsan Emami, président de Mediaserv.

 

Mediaserv est une société créée en 1989 en Guadeloupe par des investisseurs locaux pour exploiter le filon du minitel. Dans les années 1990, la société a élargi ses activités à la fourniture d'accès Internet, en bas débit à l'époque. La société a été rachetée en 1999 par le groupe Loret, alors spécialisé dans l'importation et la distribution de véhicules automobiles dans les DOM et souhaitant diversifier ses activités.

 

Mediaserv acquiert les activités Internet de Cegetel en 2001 et renforce sa présence dans les DOM

En 2001, Mediaserv acquiert les activités d'accès Internet bas débit de Cegetel. Le FAI du groupe Loret renforce ainsi sa présence dans les Antilles française en se positionnant sur de nouveaux marchés : la Martinique, la Guyane et les Iles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Deux ans plus tard, en 2003, Mediaserv acquiert la licence régionale Wimax revendue par Cegetel à l'Arcep, et développe un réseau d'accès Internet haut débit sans fil pour desservir les zones d'activités. Mediaserv raccorde aujourd'hui en Wimax 300 sites d'entreprises.

 

En revanche, Mediaserv est, à cette époque, peu présent sur le marché résidentiel grand public où il compte quelques milliers de clients, en bas débit. Or le bas débit commence déjà à tomber en disgrâce, l'opérateur historique Orange ayant introduit des offres ADSL haut débit. Mediaserv se décide alors à investir dans le déploiement de son propre réseau ADSL, via la construction d'un backbone régional en Guadeloupe et le dégroupage des NRA (nœuds de raccordements d'abonnés, répartiteurs téléphoniques de France Télécom).

 

En Martinique, Guyane et à La Réunion, Mediaserv remporte des délégations de services publiques (DSP), en association avec Sogetrel et LD Collectivités. Trois sociétés ad hoc sont créées pour gérer ces nouveaux réseaux d'initiative publique : Guadeloupe Numérique (DSP de 20 ans pour la conception, la pose et l'exploitation du câble sous-marin), Martinique Numérique (DSP de 20 ans pour la réalisation de la couverture à haut et très haut débit du territoire) et La réunion Numérique (DSP de 12 ans pour la construction et l'exploitation du réseau régional haut débit baptisé "Gazelle"). La holding Loret Télécom, détenue majoritairement par le groupe Loret, est créée pour superviser ces trois sociétés. Au total, ces trois DSP représentent un investissement de 60 millions d'euros, subventionné à 70 % par les collectivités locales.

 

Les fonds levés vont permettre à Mediaserv d'accélérer le dégroupage des répartiteurs de France Télécom

Mediaserv dégroupe aujourd'hui une vingtaine de NRA de France Télécom, sur les 150 que comptent les DOM. Les 20 millions d'euros levés en août doivent permettre au FAI de poursuivre ses efforts en la matière et dégrouper 100 % des NRA de l'opérateur historique à terme. Désormais propriétaire d'une grande partie de son réseau, Mediaserv a lancé ses offres ADSL en mai 2007 en Guadeloupe, en novembre 2007 en Martinique et à La Réunion, et en mai 2008 en Guyane.

 

Le FAI propose des offres d'accès Internet à partir de 35 euros pour 1 Mbits/s (50 euros pour la téléphonie en illimité en local et vers la métropole) et jusqu'à 50 euros pour du "débit max", c'est-à-dire 8 Mbits/s selon la ligne (55 euros pour la téléphonie illimitée). Mediaserv a lancé en décembre 2007 une offre triple play, en partenariat avec Canal Overseas, filiale de Canal+ qui facture cette option selon ses tarifs en vigueur. Le FAI prévoit de lancer très prochainement un bouquet de télévision en propre.

 

Aujourd'hui, Mediaserv revendique 20 000 abonnés haut débit. Le FAI a réalisé un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros en 2007 et prévoit de le doubler en 2008. Il n'est toutefois pas encore rentable. "Quand on est un FAI haut débit, il faut un grand nombre d'abonnés dégroupés pour rentabiliser les investissements dans le réseau", explique Ehsan Emami. Mais le président de Mediaserv est confiant : "nous sommes aujourd'hui sur un rythme d'acquisition de plus de 2 000 clients par mois et allons atteindre notre objectif de 30 000 clients à fin 2008."

 

Le FAI vise 100 000 abonnés haut débit en 2011 et espère ainsi ravir la place de premier opérateur alternatif dans les DOM à son concurrent Outremer Telecom, qui compte environ 50 000 abonnés aujourd'hui. Le marché du haut débit dans les Dom est encore largement dominé par Orange, qui totalise à date plus de 150 000 abonnés ADSL. "Grâce à des FAI alternatifs dynamiques comme Mediaserv, le retard des DOM sur la métropole est en train de se combler, assure Ehsan Emami. Dans cinq ans, le marché sera identique à celui de la métropole, à savoir une part de marché de l'opérateur historique proche de 50 % et une couverture de plus de la moitié des foyers, contre à peine 30 % aujourd'hui."

France Télécom / FAI