Vivendi et Jean-Marie Messier face à la justice américaine

En juillet 2002, il y a sept ans, les petits porteurs de Vivendi lançaient auprès du tribunal de New York une action collective contre le groupe télécom et multimédia français, son PDG de l'époque Jean-Marie Messier et son ex-directeur financier Guillaume Hannezo. Le tribunal new-yorkais doit désormais décider de la sincérité des comptes et de la communication financière de Vivendi, qui avaient incité environ un million de petits porteurs à acheter ses actions entre 2000 et 2002, avant de voir le titre s'effondrer suite aux 23,3 milliards d'euros de pertes nettes annoncées en 2002. L'action collective pourrait aboutir au paiement par le groupe français de dommages-intérêts s'élevant à plusieurs centaines de millions d'euros. Une transaction négociée au cours du procès n'est pas non plus à exclure, mais le groupe avait déjà la possibilité de transiger avant son ouverture. Le verdict est attendu pour la fin de l'année.

Juridique