Eutelsat veut sa part du grand emprunt pour couvrir les zones blanches


2 milliards d'euros de l'emprunt national devraient financer le déploiement de la fibre. Eutelsat s'en verrait bien attribuer une partie pour lancer un satellite qui couvrirait les campagnes françaises en très haut débit.

Eutelsat a présenté au gouvernement un projet destiné à couvrir en très haut débit les zones blanches françaises, qui ne verront ni ADSL ni fibre optique avant des années. Les dirigeants de l'opérateur de satellites, qui recherche un soutien financier de l'Etat, ont rencontré des responsables à l'Elysée et à Matignon ainsi que tous les ministres concernés : Michel Mercier à l'Aménagement du Territoire, Christian Estrosi à l'Industrie, Valérie Pécresse à la Recherche et Nathalie Kosciusko-Morizet au Numérique.

Actuellement, Eutelsat commercialise auprès des opérateurs une offre d'accès à Internet dans les zones reculées pour un débit de 3,6 mégabits par seconde, que SFR propose à ses abonnés depuis le début 2009. La capacité satellitaire est toutefois limitée, 20 000 foyers européens se connectant déjà sur la flotte d'Eutelsat. Raison pour laquelle fin 2010, l'opérateur de satellites mettra en orbite Ka-Sat, satellite entièrement consacré à l'accès à Internet. A moyen terme, Eutelsat désire également lancer Méga-Sat, qui quintuplerait les capacités de Ka-Sat. Ce projet de 500 millions d'euros, mené en partenariat avec Astrium et Thalès, nécessiterait cependant l'aide financière de l'Etat.

Or 2 milliards d'euros du grand emprunt doivent précisément être consacrés aux infrastructures de fibre optique, a précisé Nicolas Sarkozy le 14 décembre (lire l'article Emprunt national : 4,5 milliards d'euros pour le numérique, du 14/12/2009). Les modalités de mise en œuvre ne seront précisées que début 2010, mais l'Etat prévoit d'ores et déjà de "bâtir un partenariat public-privé ou une concession de service public pour déployer un satellite qui apportera le très haut débit d'ici à cinq ans à 750 000 foyers en zone rurale". Interrogé par "les Echos", Yves Blanc, directeur stratégique d'Eutelsat, conclut : "C'est un projet au service d'une politique publique. Nous avons montré au gouvernement qu'il s'agit d'une équation économique qu'il peut résoudre".

Nathalie Kosciusko-Morizet / EUTELSAT