FTTH : l'Autorité de la concurrence valide le multifibre


Le gendarme de la concurrence suit l'avis de l'Arcep et impose aux opérateurs de prévoir des fibres dans les foyers pour leurs concurrents. France Télécom espère que Bruxelles s'opposera ce dispositif.

L'Autorité de la Concurrence a validé la décision de l'Arcep d'obliger les opérateurs à poser plusieurs fibres par foyer au cours de leur déploiement dans les grandes villes. Selon le gendarme de la concurrence, "cette architecture offre les meilleures garanties en termes d'indépendance des acteurs, de neutralité technologique et de fluidité du marché au bénéfice du consommateur". L'application définitive de cette décision reste néanmoins assujettie à l'accord de Bruxelles.

Ce dispositif a pour but d'ouvrir rapidement le marché à la concurrence en évitant la politique du "premier arrivé, premier servi" qui favoriserait France Télécom et . En pratique, un opérateur pourra demander à son concurrent de poser une fibre pour son compte, dont il supportera le coût.

Cette architecture, dite multifibre, engendre un surcoût de seulement 5 % par rapport à une solution monofibre, selon l'Arcep. Orange, fervent opposant à ce principe, estime de son côté que ce surcoût est en fait de 40 % et privera 5 millions de foyers de fibre. Selon la Caisse des Dépôts, connecter la France à la fibre optique coûterait près de 40 milliards d'euros.

Caisse des dépôts