Free Mobile permettrait de créer entre 16 000 et 30 000 emplois

Un rapport commandé par Free Mobile conclut que l'arrivée du 4e opérateur contribuera à la création de nombreux emplois. Mais pas dans les télécoms.

L'arrivée de Free Mobile permettrait de créer entre 16 000 et 30 000 emplois. Tel est le principal enseignement d'une étude commandée par le 4e opérateur télécom et menée par deux économistes, David Thesmar, professeur à HEC, et Augustin Landier, professeur à l'ESC Toulouse. Accusé de faire du dumping et de détruire de la valeur, fragilisant une industrie déjà mise à mal par la mondialisation comme en témoigne les nombreuses délocalisations des centres d'appel, Free a décidé de contre-attaquer. 

"L'idée que la concurrence détruit des emplois n'est pas très naturelle en théorie économique", explique David Thesmar, interrogé par les Echos. Au contraire, Free Mobile libère du pouvoir d'achat pour les consommateurs, selon les économistes qui ont calculé l'économie réalisé par les clients de Free Mobile et ceux qui ont bénéficié des nouvelles offres proposées par les autres opérateurs à 1,731 milliard d'euros sur un an. Selon les auteurs du rapport, Free Mobile, en libérant du pouvoir d'achat, est un "stimulant, et non un handicap, pour l'investissement". Et d'ajouter que les embauches provoquées par cette nouvelle demande pourraient concerner 16 000 emplois dans l'hypothèse où la baisse des prix du mobile serait de 10%. Sur ce total, seul 267 emplois concerneraient toutefois le secteur des télécoms.

Free Mobile