Iliad-Free renonce à racheter T-Mobile US

Sa nouvelle offre n'ayant pas reçu l'approbation de Deutsche Telekom, Xavier Niel renonce à acquérir sa filiale américaine et se retire de la course.

L'opérateur français Iliad, propriétaire de Free, avait formulé plusieurs offres de rachat de T-Mobile US, quatrième opérateur mobile américain et filiale de Deutsche Telekom. Dans un communiqué, il annonce mettre fin à son projet d'acquisition "après des échanges avec Deutsche Telekom et certains représentants du conseil d'administration de T-Mobile US refusant de donner suite à sa nouvelle offre."

Fin juillet 2014, Xavier Niel avait soumis au conseil d'administration de T-Mobile US une offre d'achat de 56,6% de l'opérateur au prix de 33 dollars l'action, soit 15 milliards de dollars au total. Cette offre ayant été rejetée, Iliad a alors constitué un consortium avec deux fonds de private equity et de grandes banques internationales pour l'améliorer. Sa nouvelle offre augmentait le montant proposé en numéraire et accroissait de 56,6% à 67% la part convoitée du capital de T-Mobile US. Elle s'élevait alors à 36 dollars par action, mélangeant du numéraire et une quote-part de la création de valeur.

A nouveau éconduit, le Français a donc renoncé. "Iliad avait l'ambition d'accélérer la transformation de T-Mobile US avec notamment la réalisation de plus de 2 milliards de dollars d'économies de coûts annuelles", regrette-t-il. Xavier Niel n'attaquera donc pas encore les Etats-Unis, où il aurait sans nul doute tenté de répliquer le modèle à bas-coût de Free et donné un coup de fouet à un marché bien moins concurrentiel que sur le vieux continent.

Free / Iliad