Les enjeux du voyage en ligne en 2011 Le mobile, avenir du voyage en ligne ?

"Le secteur du tourisme est encore en recul en termes de poids du mobile dans l'accès Internet", a rappelé Gilles Blanc, de Benchmark Group.

Présents depuis souvent longtemps sur mobile, les acteurs du voyage en ligne ont accéléré leur effort avec l'émergence des smartphones.

C'est le cas d'Accor, dont le site Wap ouvert il y a trois ans n'enregistrait pas des records d'audience. Depuis un an, le groupe hôtelier a lancé une application iPhone transnationale qui en est aujourd'hui à sa deuxième version. Il réalise 7 millions d'euros de chiffre d'affaires sur mobile et vise les 20 millions d'euros l'an prochain.

Expedia évoque également l'échec de son site Wap il y a cinq ou six ans. L'agence en ligne a redynamisé sa présence sur mobile et compte bien "rattraper son retard" actuel dans ce domaine.

Des taux transformation encore inférieurs à ceux du Web

Go Voyages n'est pas non plus en avance dans le mobile, en raison des difficultés d'intégrer tous ses flux sur le petit écran. Mais le voyagiste en ligne s'active désormais et a créé en septembre une application iPhone transactionnelle. Il développe aussi des applications pour Android et pour d'autres systèmes d'exploitation mobile.

Go Voyages veut aller plus loin que la réservation en considérant le téléphone portable comme "un accompagnateur du voyageur sur place", dixit Jérôme Laurent.

Malgré tout, les taux de transformation depuis un mobile ne sont pas encore au niveau du Web, de l'aveu même des professionnels, qui comptent sur l'amélioration de l'ergonomie pour combler cet écart. Autre point négatif, les coûts d'acquisition sur mobile dépassent de beaucoup ceux de l'Internet fixe.

Chiffre d'affaires