Quel avenir pour les coffrets cadeaux sur Internet ? Consolidation du marché

En France, on dénombre entre 60 et 70 acteurs sur le marché des coffrets cadeaux, parmi lesquels les plus importants se comptent sur les doigts de la main.

 

"Pour émerger, il faut un budget marketing conséquent"

De plus, sur un marché qui selon certains arrive déjà à maturité, seuls ceux qui en ont vraiment les moyens peuvent s'imposer. "Pour émerger, il faut pouvoir proposer beaucoup de produits, avoir de nombreux partenaires en distribution, et un budget marketing conséquent, insiste Axel Bernia. On ne peut plus se lancer à partir de rien comme c'était le cas il y a cinq ans." Sans parler du fait que la crise pousse à la consolidation du secteur. "Le marché va se structurer d'ici trois ans, avec trois à cinq acteurs significatifs", prévoit Bertile Burel, chez Wonderbox.

Bref, les leaders du marché ont des apuis solides. Si Smartbox a fait entrer le fonds d'investissement Naxicap Partners (Banque Populaire) dans son capital dès 2007, beaucoup d'autres opérations ont eu lieu en 2009.

Ainsi, la société qui édite depuis plus de deux ans les coffrets Cadeaux Loisirs, renommés Dakota Box en 2009, a levé en octobre 2009 quelques trois millions d'euros auprès de Ciclad.

Depuis novembre 2009, Happybox est la filiale à 100 % d'Happytime, agence en ligne spécialisée sur le marché des loisirs. Cette société, qui détenait déjà 20 % du capital d'Happybox en 2008, a pour actionnaire de référence Gravitation, la holding de Charles Beigbeder (Self Trafe, Poweo...). "Suivant nos besoins industriels et financiers, notre société sera sans doute amenée à s'ouvrir à d'autres actionnaires, c'est en tout cas un modèle prôné par Gravitation pour les entreprises dans lesquelles il investit", souligne Benoît Sineau, président d'Happytime.

 

Wonderbox a accueilli pour sa part Serendipity dans son capital début décembre 2009. Serendipity est le fonds d'investissement co-détenu par Bouygues et Artémis (famille Pinault) et dirigé par Patrick Le Lay, l'ancien patron de TF1.

Weekendtour est pour sa part soutenu par les fonds d'investissement Turenne Capital et Carvest auprès desquels la société à levé 1,1 million d'euros en décembre 2009.

Au contraire, certains acteurs ont mis la clé sous la porte en 2009. A l'instar de Magicday qui a annoncé entrer en cessation de paiement début août 2009. Lancée en 2004, la société enregistrait pourtant un bénéfice de deux millions d'euros en 2007, et cinq millions en 2008.

Cela n'empêche pourtant pas de nouveaux acteurs de se lancer sur le créneau des coffrets cadeaux. C'est le cas par exemple d'Aquarelle.com qui a lancé Aquarelle-coffrets.com avant les fêtes de Noël, exclusivement sur Internet. Un lancement rendu possible par le rachat de l'entreprise "La Carte Chic", qui revendique plus de 800 prestations dans les secteurs des loisirs, du tourisme et du bien-être. L'ambition affichée par Aquarelle.com est de devenir l'un des leaders du marché des coffrets cadeaux d'ici cinq ans.

Fonds d'investissement