Nous avons "conduit" la Mercedes Classe E semi-autonome

La berline est capable de rouler sur autoroute, effectuer des dépassements et se garer sans intervention humaine. Bluffant.

Mercedes accélère sur le dossier de la voiture autonome, le grand chantier de l'industrie automobile. La marque allemande a présenté ses dernières innovations installées sur l'un de ses véhicules phares : sa berline iconique Classe E qui fête sa 10e génération.

Si le confort de conduite et le luxe sont toujours au rendez-vous, c'est bien du côté de la technologie embarquée qu'il faut se tourner pour trouver les principales et nombreuses nouveautés apportées à l'une des voitures préférées des taxis. La Classe E adopte notamment un tout nouveau mode de conduite semi-autonome. De quoi, selon Mercedes, la qualifier de "berline la plus intelligente".

La technologie "Drive Pilot" expliquée par Mercedes. © Mercedes

Coup de com' ou réalité, qu'en est-il au volant ? Concrètement, la nouvelle Classe E est capable de circuler en file indienne sur autoroute sans intervention du conducteur. La marque allemande nous a invités à tester le dispositif sur un axe autoroutier portugais autour de Lisbonne. Le trafic étant fluide, un ingénieur en charge du projet nous enjoint à actionner le "Drive Pilot", le nom de cette technologie chez Mercedes. Pour l'activer, il suffit d'effectuer un double appui sur une molette présente sur la gauche du volant (comme pour le clignotant présent à côté).

La Classe E se met alors automatiquement à la vitesse limitée grâce à des caméras à reconnaissance de panneaux de signalisation. Quelques kilomètres plus loin, la vitesse maximale autorisée passe de 120 à 100 km/h. En un éclair, la Classe E s'adapte, ralentit et cale sa vitesse sans intervention de notre part. Plus besoin de surveiller son compteur ou de scruter les emplacements des radars !

La Classe E gère également seule les distances de sécurité avec les véhicules qui nous entourent et scanne la route en temps réel pour maintenir le véhicule dans sa voie. Une simple courbe est ainsi avalée automatiquement, le volant imprimant seul le mouvement pour prendre la bonne trajectoire. Pour éviter un assoupissement du conducteur, la technologie embarquée nécessite pour fonctionner de conserver une main sur le volant. Un capteur y est placé. Si ce n'est pas le cas, un protocole d'alerte entre en fonction. Une indication sur l'écran de bord vous demande de replacer votre main sur le volant puis plusieurs avertissements sonores retentissent.

La Classe E adopte la bonne vitesse en scannant les panneaux de signalisation

Dans le cadre de notre essai, nous avons choisi de les ignorer pour tester les réactions de la voiture. Sans réponse de notre part, la Classe E allume alors ses feux de détresse pour prévenir les autres usagers puis ralentit. 80 km/h, 60 km/h, 40 km/h, nous voilà rapidement arrêtés… Hélas en pleine voie ! La Classe E n'a pas été en mesure de se placer sur la bande d'arrêt d'urgence. La lacune est à la fois source d'inquiétude et la preuve que la voiture autonome a encore du chemin à faire…

Dommage puisque la Classe E nous a tout de même bluffé en assurant seule un dépassement. Si vous souhaitez doubler un véhicule placé devant vous, la manœuvre consiste à actionner le clignotant plus de deux secondes. Bardée de radars, la Classe E analyse le trafic et, si aucun véhicule ne peut gêner la manœuvre, amorce le dépassement en changeant seule de voie. Une fois le dépassement effectué, un appui sur le clignotant suffit de même à reprendre la voie de droite. Attention toutefois, dans l'état actuel de la réglementation, ce changement de voie automatique n'est pas encore autorisé en France. La Classe E ne disposera donc pas de cette dernière option sur le sol français. Elle saura toutefois se rattraper avec de nombreux autres atouts technologiques comme le freinage d'urgence assisté actif, désormais également en action à l'approche d'intersections.

Avec le Remote Parking Control, une application mobile permet de garer la Classe E d'une simple impulsion sur l'écran. © Mercedes

L'autre innovation majeure réside dans l'aide au stationnement, toujours plus perfectionnée. Avec le Remote Parking Control, une place étroite dans un parking ou un garage ne sera plus un problème. Grâce à une application installée sur votre smartphone, la Classe E se gare d'une simple impulsion sur l'écran tactile. Placé à proximité, nous n'avons plus qu'à choisir le sens de stationnement (avant ou arrière) avant que la Classe E n'amorce sa manœuvre. Le test s'est avéré bluffant puisque la Mercedes est capable de prendre en compte des objets placés dans votre garage pour stationner au bon emplacement.

La Classe E donne le tempo chez Mercedes et ses technologies devraient rapidement être reprises sur les autres véhicules du groupe (notamment sur la prochaine Classe S) avec sans doute encore des améliorations à attendre. La marque allemande l'assure par le biais de son responsable de la Classe E Hubert Schneider : "La nouvelle Classe E représente une étape importante dans le sens de la conduite autonome". Difficile en effet de le contredire.

 

A lire sur Linternaute.com : Essai Mercedes Classe E : plus forte que K 2000 ?

Voiture autonome / Transport intelligent