Idinvest et EDF s'associent pour investir dans les smart grids et la cybersécurité

Le spécialiste du private equity Idinvest Partners lance avec le producteur et fournisseur d'électricité le fonds Electranova Capital 2, doté d'un budget de 100 millions d'euros sur trois ans.

Entre Idinvest Partners et les start-up qui imaginent l'énergie du futur, le courant passe. Et pour cause, selon le fonds d'investissement tricolore, le marché Energies & Cities va quadrupler d'ici 2020. De quoi creuser l'appétit d'Idinvest, qui a décidé de prolonger Electranova, son fonds dédié à l'énergie du futur lancé en 2012 : "100 millions d'euros ont été investis dans Electranova 1 avec un retour sur investissement de 20% et nous dépenserons au moins autant sur les trois prochaines années avec Electranova 2", confie Nicolas Chaudron, en charge des investissements Energies & Cities chez Idinvest Partners.

"Deux tiers des investissements d'Electranova 2 concerneront des entreprises du digital"

Aujourd'hui, 63% des sociétés du portefeuille d'Idinvest font partie du classement Cleantech 100, qui recense les 100 entreprises les plus innovantes du monde du cleantech. "Nous voulons maintenant mettre l'accent sur les cleantech 3.0, c'est-à-dire l'IoT, les solutions de stockage, l'économie collaborative ou encore l'énergie décentralisée. Nous sommes intéressés par tout ce qui tourne autour du big data et de l'intelligence artificielle. Deux tiers des investissements d'Electranova 2 concerneront des entreprises du digital", détaille-t-il.

Et le fonds d'investissement tricolore a déjà une idée précise des projets auxquels il sera particulièrement sensible : "La vague des compteurs et des thermostats connectés est désormais derrière nous. Ce qui nous intéresse beaucoup désormais, c'est la cybersécurité des réseaux intelligents, car faire circuler des data en masse ouvre des vulnérabilités, ainsi que tous les services à inventer autour des données récoltées", précise Nicolas Chaudron.

"20% de nos investissements ont jusqu'à présent concerné les smart grids et nous voulons accélérer sur ce marché porteur"

Parmi les meilleures opportunités du marché, les smart grids prennent une importance grandissante : "20% de nos investissements ont jusqu'à présent concerné des spécialistes des réseaux électriques intelligents et nous voulons accélérer sur ce marché porteur." Idinvest a investi dans les start-up américaines Actility, spécialiste du réseau LoRa et de l'IoT qui a notamment créé une application dédiée à la gestion énergétique sur demande et à distance, et Enlighted, qui propose des applications de contrôle de l'éclairage pour les bâtiments industriels et tertiaires. Cette dernière, qui a déjà été choisie par AT&T et HP, notamment, pour équiper leurs locaux, se veut innovante jusque dans sa stratégie commerciale en proposant aux clients de rémunérer ses services à la performance, c'est-à-dire en fonction des économies d'énergie dont ils ont bénéficié : "Enlighted est un bon exemple de notre volonté d'investir autant sur des solutions de financement que d'économie d'énergie", explique le responsable des investissements Energies & Cities d'Idinvest.

"Enlighted est un bon exemple de notre volonté d'investir autant sur des solutions de financement que d'économie d'énergie"

Pour dénicher les meilleures opportunités, Idinvest peut compter sur un puissant partenaire : EDF, sponsor stratégique du fonds. "Nous sommes des facilitateurs, c'est-à-dire que nous voulons à la fois assurer l'accès au marché aux start-up innovantes, ce qui n'est pas facile dans ce monde de l'énergie dominé par les géants du secteur, ainsi qu'épauler ces groupes qui sont plus habituées aux grands chantiers industriels aujourd'hui qu'aux projets digitaux, qui sont pourtant l'avenir", assure Nicolas Chaudron. Idinvest est aussi partenaire avec le fonds américain DBL Partners, connu pour ses prises de participation dans Tesla et SolarCity.

"Il n'est pas impossible qu'il y ait de nouvelles prises de participation avant la fin de l'année"

Des soutiens essentiels aux ambitions internationales d'Idinvest, qui prévoit 70% d'investissements en Europe et 30% à l'étranger, notamment aux Etats-Unis et en Asie, des marchés très actifs selon Nicolas Chaudron. Et d'après lui, tout pourrait bientôt s'accélérer : "Il n'est pas impossible qu'il y ait de nouvelles prises de participation avant la fin de l'année".

A lire aussi

 

Big Data / EDF