Confidentiel : la fintech française Moneytis boucle une première levée

Le comparateur de services de transfert d'argent à l'étranger, aussi à l'origine de son propre réseau d'envoi sur la blockchain, lève 300 000 euros.

La fintech Moneytis vient de boucler une première levée de fonds de 300 000 euros auprès de 21 investisseurs (cadres dirigeants du secteur bancaire, CEO de cabinets de conseil et un fonds d'investissements) sous la forme de BSA AIR (bons de souscription d'action, accord d'investissement rapide). La plateforme propose un comparateur des services de transfert d'argent à l'étranger qui référence aussi bien les banques que les start-up comme Transferwise, Azimo, Worldremit ou Remitly.

"On paye en moyenne 7% de commission pour faire un transfert d'argent à l'étranger à cause des frais cachés des banques et opérateurs, explique Christophe Lassuyt, fondateur et CEO. Moneytis propose aux expatriés et aux voyageurs de comparer les tarifs en temps réel, simplement et de manière transparente, pour trouver la meilleure offre au bon moment, en tenant compte des promotions, par exemple."

Intégrer le transfert sur la plateforme

Lancé il y a dix mois, Moneytis revendique 6 000 utilisateurs -des internautes qui depuis la création de la plateforme ont fait une comparaison pour leur besoin précis puis ont cliqué sur l'une des solutions proposées- aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, aux Pays-Bas et en Suisse."50% des utilisateurs reviennent par la suite, et on en double le nombre chaque mois", assure Christophe Lassuyt.

1 500 internautes ont aussi créé un compte pour être notifiés lorsqu'une nouvelle solution plus intéressante est créée. "A terme, avoir un compte permettra aussi d'effectuer un transfert d'argent sans même avoir à quitter Moneytis, explique le CEO. Nous lancerons ce service dans un an environ, quand nous aurons intégré au moins dix partenaires."

Moneytis touche une rétro-commission de 0,3% en moyenne sur chaque transaction effectuée via son comparateur. "On est un business de volume." La start-up compte continuer à doubler son nombre d'utilisateurs chaque mois pour passer la barre des 80 000 d'ici deux ans.

Un réseau blockchain pour envoyer de l'argent à moindre coût

Pour y parvenir et coiffer sur le poteau ses concurrents, Moneytis travaille sur des projets annexes. D'abord, sur un réseau blockchain qui permet d'envoyer de l'argent d'un pays à l'autre avec une crypto-monnaie à moindre coût. Il est déjà disponible entre la France et le Mexique et la France et le Kenya. "Dans notre comparateur, ce service est le moins cher", se réjouit Christophe Lassuyt. La société envisage d'ouvrir un service similaire en nouant des partenariats avec des acteurs en Chine, aux Philippines, aux Etats-Unis et au Japon. "Certes, cela nous rapporte moins que les commissions sur les autres solutions, reconnaît le CEO. Mais nous voulons devenir la référence pour les envois d'argent à l'étranger, et cela nécessite de proposer des offres exclusives sur la plateforme et d'être le comparateur le plus transparent."

Moneytis propose aussi un robo-advisor, Neomy.io, qui  étudie les taux de change et envoie des notifications aux utilisateurs pour leur donner le meilleur moment pour envoyer leur argent. Le site compte 4 500 utilisateurs et en gagne 50 supplémentaires chaque jour.

Avec les fonds levés, Moneytis va renforcer son équipe de 8 à une quinzaine de personnes d'ici la fin de l'année. La start-up, qui a intégré récemment l'accélérateur ING à Amsterdam, a enregistré un chiffre d'affaires de 30 000 euros en 2015 et vise 300 000 euros pour 2016. "Nous espérons atteindre la rentabilité mi-2017", note Christophe Lassuyt.

 

Et aussi :

 

Levée de fonds / Fintech