Préparez-vous à un ralentissement du marché immobilier mondial

L'entreprise de services immobiliers Savills explique pourquoi elle entrevoit la fin du boom qu'a connu le marché de la pierre ces dernières années.

Savills, société immobilière mondiale, a publié ce lundi 11 janvier un rapport d'activités. Bien que les affaires se portent bien actuellement, l'entreprise peut voir des nuages noirs se profiler à l'horizon.

L'effondrement du marché boursier que connaît la Chine a ravivé les craintes au sujet de la durabilité de sa croissance

Savills, qui fournit des services immobiliers tels que de l'estimation, du conseil en urbanisme et des services aux propriétaires et aux locataires, a "fini l'année en beauté".

La vente d'une propriété importante à Berlin a été conclue plus tôt que prévu et, par conséquent, Savills annonce que les résultats de 2015 seront supérieurs aux prévisions.

Jusque ici, tout va bien.

Cependant, l'entreprise termine son rapport avec un avertissement (sans soulignement dans le document original) :

Au vu de l'incertitude accrue quant aux perspectives économiques mondiales et de la hausse des taux d'intérêt, nous prévoyons une modération des gros volumes de transactions réalisées récemment sur certains marchés, bien que les fondamentaux restent solides. Par conséquent, nos prévisions pour 2016 restent inchangées.

Le marché immobilier mondial a connu boom ces dernières années, avec un bond des prix et une activité frénétique. C'est en Grande-Bretagne que ce boom a été le plus remarquable : les prix des logements ont dépassé les niveaux d'avant-crise, l'investissement locatif a atteint des sommets et des gratte-ciel ont poussé à vitesse grand V à Londres.

L'ère de l'agent facile semble toucher à sa fin, avec la remontée des taux d'intérêt américains de décembre

Pourtant, Savills pense que ce boom touche à sa fin.

L'effondrement du marché boursier que connaît la Chine, qui a débuté en août, a ravivé les craintes au sujet de la durabilité de sa croissance et de celle des pays émergents. Il pourrait y avoir des répercussions sur la croissance mondiale.

Puis, il y a le pétrole – le prix de l'or noir continue de chuter, alors même que les tensions entre pays producteurs de pétrole sont palpables (un enjeu géopolitique supplémentaire à prendre en compte).

En plus de cela, l'ère de l'agent facile semble toucher à sa fin, avec la remontée des taux d'intérêt américains de décembre, la première en 9 ans. Les banques centrales du monde entier devraient leur emboiter le pas.

D'après Savills, tous ces facteurs rendront les gens moins enclins à investir dans l'immobilier et à acheter des biens.

Mais il est intéressant de relever que Savills affirme que "les fondamentaux demeurent solides". Cela ne laisse pas présager un effondrement des prix, juste un ralentissement de l'activité.

 

Article de Oscar Williams-Grut. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : Savills: Get ready for a global property slowdown

Autour du même sujet