Loueurs en meublés, voilà comment appliquer un complément de loyer

L'agence immobilière Lodgis, spécialisée dans la location meublée à Paris, a réalisé une infographie en guise de méthode.

"Les propriétaires qui louent en meublé sont concernés par l'encadrement des loyers pour les contrats en résidence principale, c'est-à-dire lorsque le bien loué constitue la résidence principale du locataire. Or, ils ne le savent pas toujours", déplore Maud Velter, directrice associée de Lodgis.

L'agence immobilière spécialisée dans la location meublée à Paris s'est donc fendu d'une infographie pour expliquer comment sont calculés les loyers encadrés pour ce type de location. Le JDN se l'est procurée en avant-première.

© Lodgis

"En meublé, rappelle Maud Velter, on peut tenir compte de la qualité des équipements et des services proposés pour appliquer un complément de loyer". Reste à savoir quelles caractéristiques justifie ce petit plus. "Un décret de 2015 dresse une liste des éléments à trouver dans un logement pour que la qualification de meublé soit retenue. On peut en déduire que tout ce qui vient en plus justifie un complément de loyer", avance-t-elle.

Un supplément dont le montant n'est pas plafonné. Les propriétaires ont toutefois intérêt à se montrer raisonnables, au risque de se voir désavoués par la Commission de conciliation devant laquelle une quarantaine de dossiers, dont celui raconté par Maud Velter, ont déjà été portés : "Un propriétaire a ajouté un complément de loyer de 260 euros à un loyer à 1 100 euros parce que son bien disposait d'une baignoire. La Commission a rendu une décision en faveur du locataire. C'est ce qui se passe dans la plupart des cas." En moyenne, chiffre-t-elle, le supplément représente 5 à 10% du montant du loyer. Pour pouvoir l'appliquer, il n'est pas nécessaire de faire installer un écran plasma dans la salle de bains du bien loué. Selon Lodgis, la connexion Internet et le lave-linge sont en effet les équipements les plus recherchés.

 

Et aussi

 

Infographie / Loyer