La bulle immobilière en Europe, suite... et fin ? Les prêts hypothécaires de plus en plus lourds

Le cocktail "prêt hypothécaire-titrisation" était l'un des ingrédients de la crise des subprimes, première phase de la crise économique et financière. De quoi les surveiller comme le lait sur le feu ? Pays par pays, voici leur poids ramené au PIB de chaque nation.

les prêts hypothécaires ne se sont pas effondrés avec la crise.
Les prêts hypothécaires ne se sont pas effondrés avec la crise. © JDN

Avec la crise, les PIB sont en chute. Et visiblement les nombre de prêts hypothécaires ne s'est pas effondré depuis l'éclatement de la crise, à en croire les courbes d'évolution :

- hausse aux Etats-Unis : 77% du PIB en 2007, 81% en 2009, soit +4 points

- stabilité en Allemagne : 48% en 2007 comme en 2009

- hausse en Espagne : 61% en 2007, 65% en 2009, soit +4 points

- hausse en France : 34% en 2007, 38% en 2009, soit +4 points

- forte hausse en Irlande : 74% en 2007, 90% en 2009, soit +16 points

- hausse au Royaume-Uni : 85% en 2007, 88% en 2009, soit +3 points

Sur 9 ans, la plus forte hausse est de loin celle constatée en Irlande, avec une progression de 59 points, suivie de l'Espagne (35 points) et du Royaume-Uni (+32 points). La France, qui part de plus bas, gagne 17 points et les Etats-Unis 11 points.

Autre indice de comparaison : en 2000, si l'on calcule la moyenne de ces pays, les prêts hypothécaires pesaient 44% du PIB, contre 68% en 2009, soit une hausse de 22 points. Si l'on retire l'Allemagne du calcul, la hausse est de 30 points, passant de 42% à 72%.

Crise financière / Bulle immobilière