L'argument écologique

entre 1994 et 2010, trois primes d'incitation à l'achat ont gonflé
Entre 1994 et 2010, trois primes d'incitation à l'achat ont gonflé artificiellement les ventes de voitures neuves. © freehandz - Fotolia.com

L'argumentaire écologique consiste à inciter les consommateurs à se débarrasser de leur ancien équipement sous prétexte d'en acquérir de nouveaux plus respectueux de l'environnement. L'exemple le plus frappant est celui de la "prime à la casse" automobile. Entre 1994 et 2010, trois primes d'incitation à l'achat ont gonflé artificiellement les ventes de voitures neuves. Un procédé, qui, en plus d'être discutable sur le plan écologique, est très couteux pour les finances publiques.

Le même argument est utilisé par le Gifam, qui regroupe les fabricants d'appareils ménagers : "le renouvellement des 25 millions d'appareils électroménagers de plus de 10 ans par des appareils récents performants permettrait d'économiser 5,7 milliards de kWh". Un chiffre qui ne prend pas en compte l'impact environnemental de la fabrication des nouveaux appareils.