Le prix des médicaments est trop élevé

l'assurance maladie continue de rembourser des médicaments dont le service
L'Assurance maladie continue de rembourser des médicaments dont le service médical rendu a pourtant été jugé insuffisant. © Daniel Fuhr / Fotolia.com

Entre 1990 à 2009, le prix moyen d'un médicament a bondi de 125%, passant de 3,09 euros à 6,95 euros. Or ce prix élevé est souvent injustifié, note la Cour des Comptes. Il faut dire que les laboratoires fixent quasiment eux-mêmes le prix des médicaments : les tarifs qu'ils soumettent à la commission chargée de fixer les prix (le CEPS) sont le plus souvent validés sans autre forme de procès, dénonce la Cour des comptes.

D'autre part, l'Assurance maladie continue de rembourser des médicaments dont le service médical rendu (SMR) a pourtant été jugé insuffisant par la commission de la transparence. Lors de la commercialisation en 2002 de l'antidiabétique Actos, le CEPS a par exemple fixé un prix à 1,33 euro par jour, contre 0,27 euro pour les le traitement de référence, alors que l'amélioration du SMR n'a jamais pu être établie. Ajoutons à cela que les ventes de génériques restent étonnamment faibles dans notre pays : une boîte sur cinq est un générique en France, contre deux boîtes sur trois en Allemagne.