Battleforge : le jeu de stratégie à collectionner

Battleforge stratégie Il réunit l'univers des cartes à collectionner de type Magic avec l'aspect stratégique et l'univers d'un Warcraft 3. Un titre original et alléchant, à découvrir avant sa sortie en mars prochain.

battle1
La couleur verte et ses unités © EA

Alors que le mois de février s'annonce déjà grandiose en termes de jeux vidéo, avec le lancement de Resident Evil 5, Street Fighter 4, Fear 2, Dawn of War 2, Le parrain 2, Les Sims 3... Battleforge, prévu pour le mois de mars, passerait presque inaperçu. Une erreur que nous allons corriger avec cet aperçu de l'un des titres les plus originaux de 2009.

Battleforge se présente comme un jeu de stratégie en temps réel, à l'image d'un Warcraft 3. La référence à ce dernier n'est d'ailleurs pas innocente. L'apparence des unités, les couleurs utilisées et l'univers rappellent son aîné. Inutile de posséder un PC dernier cri pour en profiter donc, même si les effets magiques sont plutôt réussis.

L'originalité de Battleforge vient du mélange des genres qu'il propose, entre jeu de cartes à collectionner et jeu de stratégie. En effet, pour lancer une partie, il faut au préalable se constituer une réserve de 20 cartes. Chaque carte correspond à un sort, une créature ou un bâtiment que l'on va invoquer sur le champ de bataille pour remplir ses objectifs.

Une fois installé, Battleforge met à disposition une bibliothèque de 120 cartes (sur 200 disponibles) dont il faudra extraire pour chaque partie seulement 20 cartes. On dispose de 4 couleurs différentes pour ces cartes. Ces couleurs représentent des alignements qu'il est possible de mélanger. Le rouge est la couleur de l'attaque et du feu, le bleu la couleur de la défense et de la résistance, le vert la couleur de la santé et de la nature, le noir la couleur de la destruction et de la nécromancie.

battle5
Un exemple de carte dans Battleforge © EA

Chaque couleur dispose de ses propres unités, sorts et bâtiments. Le vert est orienté vers la régénération et le soin, le bleu vers la défense et l'immobilisation, le noir vers le vol de points de vie et l'affaiblissement des unités adverses, et le rouge vers l'attaque brute et violente. Si certaines unités disposent à la base de pouvoirs, toutes pourront en gagner par la suite en évoluant.

Car l'un des points forts du jeu tient dans cette évolution. Au fur et à mesure des missions, le joueur débloque de l'or et de l'expérience. Ces deux ressources lui serviront soit à s'acheter de nouvelles cartes, soit à faire évoluer ses cartes existantes en leur rajoutant des effets particuliers ou des capacités à activer. Une même créature peut donc en théorie servir dans plusieurs situations en fonction des pouvoirs qui lui sont octroyés. On aura également intérêt à changer son jeu (les 20 cartes choisies pour le scénario dans sa bibliothèque), en fonction de la partie.

Pour progresser dans Battleforge, il faut accomplir des missions en mode 1 joueur ou en coopération avec plusieurs joueurs. L'affrontement entre joueurs n'est donc pas privilégié, du moins au début. Résister à des vagues de monstres, prendre d'assaut une base ennemie contrôlée par l'ordinateur, faire progresser un héros et le protéger avec ses unités. Les objectifs sont généralement motivants mais nous n'avons pu nous essayer qu'à la béta du jeu.

Sur le champ de bataille, là encore, les développeurs ont su proposer un défi intéressant. Il s'agit la plupart du temps de contrôler une zone pour progresser. On cherche ainsi deux ressources : l'énergie (qui constitue le coût d'invocation des cartes) et la mana. Pour remplir sa jauge de mana, il faut trouver sur la carte des pylônes d'invocation. Autour de ces pylônes, si on joue une carte de couleur rouge de sa réserve par exemple, le pylône deviendra rouge. Plus on obtient d'orbes de la couleur de ses cartes, plus on peut utiliser des cartes puissantes.

Ainsi, on pourra privilégier soit les jeux mono-couleur (que des cartes de couleur rouge pour sortir les créatures et sorts les plus puissants de cette couleur), soit les jeux multi-couleurs (en combinant les cartes de 2, 3 ou 4 couleurs, mais d'efficacité plus limitée). Il faudra tout autant des créatures et sorts de premier niveau, pour commencer la partie lorsque l'on a peu de ressources, que des cartes plus puissantes pour les fins de partie.

battle3
L'une des plus grosses créatures du jeu... le juggernaut © EA

On s'aperçoit alors de l'importance d'une réserve de cartes équilibrée et bien pensée, puisqu'on ne pourra plus faire appel à des cartes supplémentaires en scénario pour se sortir de telle ou telle situation. Et comme il faut en choisir 20 seulement parmi 120 au début (et la bibliothèque de 120 cartes est extensible...), la préparation du scénario est aussi importante que le scénario lui-même.

Cependant, une fois les 20 cartes choisies, vous n'avez pas non plus la possibilité de vous en servir à votre gré. Certaines limites ont été placées par les concepteurs pour assurer l'équilibre du jeu. Tout d'abord, il existe une limite de population classique, pour empêcher le surnombre d'unités.

Ensuite, les développeurs ont placé une limite d'utilisation par carte. Les cartes les plus puissantes ne pourront être jouée que 3 fois par exemple sur l'ensemble du scénario, les cartes les plus communes jusqu'à 6 fois. Enfin, si l'on peut jouer ses cartes n'importe où sur le terrain, les unités invoquées ne disposent que de la moitié de leurs points de vie au moment de leur apparition. Il faudra donc jouer les bonnes cartes au bon moment, et ne pas en abuser.

Il est aussi possible de régénérer ses unités sur le champ de bataille dans une certaine mesure en les rapprochant des points de ressources. Selon les développeurs, il faudra apprendre à se servir des pouvoirs et des capacités de ses cartes, tout en protégeant ses troupes pour parvenir à remplir la mission.

Pour ne pas se lasser des missions à objectifs, quelques cartes opposant les joueurs entre eux seront aussi proposées. A peine 4 semaines après le lancement du jeu, prévu fin mars 2009, les développeurs ont annoncé qu'ils ajouteraient du contenu additionnel. Coté multijoueur, les cartes pourront accueillir de 2 à 8 joueurs, et un service en ligne permettant de télécharger de nouvelles cartes, scénarios et modes de jeu, discuter avec sa liste d'amis...

Le jeu dans le jeu consistera aussi à disposer du plus grand nombre de cartes possibles dans sa bibliothèque, pour établir une sorte de collection. Sachant qu'il existe des cartes plus ou moins puissantes, et plus ou moins rares, la durée de vie du titre s'annonce infinie. Il sera possible d'enrichir sa réserve de cartes de différentes manières : achat en ligne moyennant quelques euros, système d'enchère entre joueurs, ou via des échanges. Il faudra espérer que cela n'oblige pas à payer sans cesse pour profiter pleinement de l'expérience.

Mélangeant le concept du jeu de cartes Magic et l'univers un jeu de stratégie temps réel, ce Battleforge reste prometteur à plus d'un titre. Tout d'abord, car la conception d'une réserve de cartes avant la partie oblige le joueur à un minimum de stratégie. Ensuite par l'évolution des capacités des cartes qu'il propose. Mais il faudra surveiller l'intérêt et la variété des missions, la pertinence des capacités et des sorts, l'équilibre des différentes couleurs, et le prix des suppléments (cartes et extensions) à sa sortie.

 

battle4
Le dragon reste un classique... toujours efficace ! © EA

Autour du même sujet