Développer son entreprise, en interne ou en externe ?

Croissance interne et externe Pour faire croître son entreprise, deux possibilités existent : grandir de l'intérieur ou acheter une autre société. Pour choisir, voici les critères à prendre en compte.

Au moment de décider comment développer son activité, chef d'entreprise est confronté à un dilemme. Doit-il agrandir son entreprise de l'intérieur ou de l'extérieur ? Chacune de ses solutions présente ses avantages et ses inconvénients et correspond à une stratégie différente.

La croissance externe, un booster de performance

Augmenter sa part de marché, développer de nouvelles synergies, intégrer verticalement une filière en acquérant un fournisseur ou un client, le développement d'une entreprise passe parfois par des acquisitions. La stratégie financière peut elle aussi motiver un tel choix, comme dans le cas des conglomérats.

Acquérir une entreprise permet d'accéder à un marché rapidement.

Il faut dire que l'opération de croissance externe présente de nombreux avantages, à commencer par la possibilité d'acquérir un savoir-faire rapidement et facilement. Un aspect d'autant plus intéressant que le marché de l'entreprise visée est difficile à pénétrer. "Les grandes compagnies aériennes ont, dans un premier temps, essayé de faire du low-cost, sans succès, illustre Emmanuel Metais, professeur de stratégie à l'Edhec. Après voir réalisé que c'était un métier différent du leur, elles se sont résolues à acquérir des compagnies à bas coûts déjà performantes." Les entreprises sont donc nombreuses à mettre le prix pour s'éviter des mois de développement de projet, de recherche et de formation, en achetant le savoir-faire clé en main. Par ailleurs, acquérir une entreprise est psychologiquement moins engageant. "En cas d'échec, on peut revendre une acquisition alors que céder une unité que l'on a créée, c'est humainement plus difficile", analyse Emmanuel Metais.

Quelques inconvénients viennent toutefois noircir ce tableau. Le plus dur dans une acquisition ? Digérer la nouvelle entité. "Permettre aux nouveaux collaborateurs de s'intégrer, définir des modes de fonctionnement similaires, en bref assurer la survie de la culture d'entreprise est un exercice particulièrement difficile", constate Emmanuel Metais. La gouvernance devient plus complexe, l'entreprise perd en flexibilité... Et c'est la toute nouvelle entité qui risque de ne pas fonctionner.

La croissance interne, grandir en innovant

La croissance interne est aussi linéaire et discrète que l'achat d'une entreprise est brusque et bruyant. "Développer un projet en interne prend certes plus de temps que l'acquérir clé en main mais cela permet d'encourager la culture de l'innovation au sein de l'entreprise,  analyse Emmanuel Metais. Cela améliore aussi le climat social en confiant des nouveaux projets à certains collaborateurs."

Discrétion et continuité sont les leitmotivs d'une croissance interne

Innover et faire évoluer ses salariés, voilà deux des plus grands moteurs d'une entreprise. Deux avancés qui requièrent cependant de la patience. "Les délais trop longs peuvent constituer un temps de réponse excessif dont profiteront les concurrents pour acquérir le savoir-faire avant vous", prévient Emmanuel Metais. C'est un risque que nombre d'entreprises sont pourtant prêtes à prendre. Parmi elles, on retrouve souvent des entreprises familiales qui se sont toujours développées de façon organique et qui sont attachées à une certaine discrétion.

Autour du même sujet