Nearshoring : ces entreprises qui délocalisent près de chez elles

Délocaliser oui, mais pas trop loin. Tel est le credo du nearshoring qui privilégie l'Europe de l'Est et le Maghreb à la Chine et à l'Inde pour installer une usine de production ou un centre d'appel.

 

Le 4 juillet dernier, Teleperformance France, filiale du numéro un mondial des centres d'appels externalisés, annonçait la fermeture de huit de ses sites en France pour une réduction de 15% de ses effectifs. Un mois plutôt, un tout nouveau centre de contact ouvrait ses portes à Temara en banlieue de Rabat sous l'égide d'une nouvelle filiale, Teleperformance Maroc. Regroupant initialement 200 personnes dédiées au marché francophone, celle-ci devrait en héberger 1 000 d'ici mi-2011, selon les prévisions du groupe.

 

Délocaliser oui, mais plus près de chez soi

Le choix stratégique de Teleperformance est loin d'être un cas isolé. Il est au contraire symptomatique de ces entreprises qui cherchent le meilleur rapport entre coût et qualité de prestation. A la différence de l'offshoring éloigné, le nearshoring consiste à délocaliser une activité économique dans un pays à proximité. Plus proche de l'entreprise et donc plus facilement accessible et contrôlable, ce système présente de nombreux avantages. Le secteur IT est concerné au premier chef bien sûr, que ce soit à travers l'externalisation des centres d'appels dans les pays francophones ou la délocalisation des usines d'assemblages en Europe de l'Est. Les entreprises industrielles ne sont pas en reste. Le cas du secteur de l'automobile en est l'exemple le plus marquant. Le déménagement en Asie ne s'impose plus comme au début des années 2000.

 

Les coûts cachés des délocalisations classiques

Décalage horaires, alourdissement de la chaîne logistique, frais de transports gonflés par la hausse du pétrole, différences culturelles qui compliquent parfois les relations... De nombreux coûts cachés ont découragé les entrepreneurs désireux de délocaliser en Asie. Difficile par exemple de s'assurer du bon suivi des processus par une usine celle-ci est située en Chine ou Inde, à des milliers de kilomètres. Le besoin d'une harmonisation étroite avec l'entreprise partenaire plaide en faveur des délocalisations à destination d'emplacements géographiquement plus proches.

 

L'Europe de l'Est et le Maghreb, nouveaux eldorados ?

Les pays du Maghreb et ceux d'Europe de l'Est -notamment les pays ayant rejoint l'Union Européenne depuis 2004- apparaissent désormais comme un bon compromis pour des entreprises friandes de cette main d'œuvre peu chère (les salaires sont en moyenne trois fois moins élevés) et efficace.

Le phénomène ne se limite d'ailleurs pas à la France. L'exemple des maquiladoras implantées à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est un exemple historique. Le transfert de certaines des activités de Dell depuis l'Irlande jusqu'à la Pologne en 2009 ou la délocalisation par Nokia de sa production allemande vers la Pologne en 2008 en sont d'autres.