Le travailleur à temps partiel

Son statut ne doit pas le cantonner aux tâches subalternes. © AaronAmat-Fotolia.com
D'après les derniers chiffres du ministère du Travail, 18,6% des salariés sont à temps partiel. "Hélas, cette force de travail est souvent mal gérée. Ce n'est pas parce que la personne est présente la moitié du temps qu'elle doit être managée à moitié", juge Erik Bouquet. Il existe des pistes pour fidéliser et impliquer cette catégorie de collaborateurs.
Le temps partiel doit être accepté par l'employeur : "Quelqu'un qui choisit de travailler à 50% ne doit pas recevoir de missions équivalant à un 80%. Le collaborateur n'a pas à culpabiliser".
Mais cela ne l'empêche pas d'accéder aux mêmes informations que les autres. Son statut ne doit pas le cantonner aux tâches subalternes : "la principale erreur en terme de management est de lui donner les dossiers que les autres ne veulent pas", explique Isabelle Perrieux.