L'innovation, seule approche durable pour sortir de la crise

L'innovation est la seule approche durable pour redonner du sens à nos actions et imaginer sortir de définitivement de la crise.

Les 20 dernières années ont été des années de "déstructuration", de création des "déliaisons" (E. Morin) et l'ensemble de notre système de valeurs s'est trouvé bouleversé, flottant. Notre potentiel d'innovation s'en est trouvé affecté et aujourd'hui, comme on dit dans le monde du rugby, "il faut revenir aux fondamentaux".
"Les acteurs  doivent avoir assez de vision et d'audace pour anticiper les changements, voire les provoquer, au lieu de les subir. Il faut aller au delà de la technique : innover c'est réinventer métiers, modes d'organisation et style de management. En d'autres termes, innovation technique et socio-organisationnelle forment un tout indissociable." [AY Portnoff, 2004]

Une société dont le système de valeurs est déstructuré
Durant ces 20 dernières années, nous avons perdu notre capacité à donner du sens à nos actions en reportant notre sens de l'analyse, de la remise en question sur des outils dignes du "taylorisme intellectuel" qui a fait perdre "le bon sens", le "sens de l'observation", la "remise en question". Un des signes forts de cet appauvrissement de "la logique", du "génie" peut s'observer en analysant les outils de base (analyse fonctionnelle...) non maîtrisés dans les entreprises.

L'innovation, un vieux « réflexe » à retrouver rapidement
Il ne faut surtout pas limiter l'innovation à la technologie mais revenir à ses principes fondateurs pour relever les défis du 21e siècle. En effet, l'innovation c'est avant tout 3 piliers pour un avenir « durable »
- La valeur : "innover c'est changer de regard". Innover consiste à créer de la valeur (d'usage, d'échange et d'estime). Innover, c'est donc changer de regard, c'est tout juste adapter son regard avec son temps sans a priori.
- La créativité : Innover, c'est apporter quelque chose qui n'existait pas avant dans le domaine considéré (la créativité).
- Le changement : Une des causes d'échec des innovations est la mauvaise manière ou le mauvais moment où l'innovation a été mise au jour, mise sur le marché. Innover, c'est donc également notre capacité à "socialiser" notre nouveauté.

Il faut se former pour innover
Philippe Rivière, dans le Monde Diplomatique de décembre 2009, décrit la progression exponentielle à laquelle il faut s'attendre concernant la technologie :  "Selon la loi de Moore, du nom du fondateur de la société de microprocesseurs Intel, le nombre de transistors que l'on sait placer sur une carte électronique double régulièrement tous les deux ans, à coût constant. Et (d'après la Singularity University) tous les domaines d'accélération, de manière parallèle, chacun nourrissant d'ailleurs les autres (...) Pour l'ingénieur Ray Kurweil, les cent années qui viennent correspondront non pas à "un siècle d'avancées", mais à l'équivalent de "vingt mille ans de progrès, calculés avec le niveau de progression d'aujourd'hui"."
Face à cette accélération des ruptures et des changements, les entreprises, si elles veulent survivre, doivent être capables d'innover avec encore plus de maîtrise de la performance, du risque, des coûts et des délais. Cela suppose qu'elles intègrent les rouages du management de l'innovation, que ces derniers soient enfin explicités et que leur efficacité soit prouvée ! 

Innover, c'est donc utiliser les méthodes et les outils de base nous permettant de redevenir les "innovateurs nés" que nous sommes. A vous tous de jouer... chacun à son niveau.

Autour du même sujet