Comment développer durablement (ou retrouver) notre potentiel d’innovation en France ?

Le potentiel durable d’innovation en France doit être vu sous un angle systémique et sortir de l’unique vision technologique et aide financière.

Le potentiel durable d’innovation en France doit être vu sous un angle systémique et sortir de l’unique vision technologique et aide financière. De la culture à l'urbanisme, de l’éducation à la recherche, de la finance à la créativité, tous ces paramètres doivent être pris en compte pour agir durablement sur notre capacité à s'adapter et à innover. "Pris en compte" sans forcément chercher à les maîtriser parfaitement...
Les travaux portés par le COPIL Innovation du CJD que j'ai le plaisir de piloter ont permis d'interviewer un grand nombre d'acteurs de l'innovation en France, au Canada et aux USA. Nous avons traité cet enjeu sous l'angle économique, social, philosophique...
Notre implication à l'IHEST (analyse des systèmes d'innovation des regions Françaises, du Quebec et de Chicago) nous a permis d'approfondir toujours plus notre réflexion et nous pensons que les conditions durables de l'innovation et de la créativité en France se trouvent dans le développement d'Ecosystème d'innovation TM mais également d'Ecosystème d'innovateurs TM.
En effet, le potentiel durable d'innovation en France doit être vu sous un angle systémique et sortir de l'unique vision technologique et aide financière.

Ce potentiel d'innovation et de création de valeur dépend de 3 facteurs de différents natures :
     1. L'éducation / l'enseignement / la recherche
     2. L'entreprise / ses connaissances / ses compétences / sa Performance Globale
     3. Les territoires/ leur diversité / la politique culturelle / les infrastructures / L'urbanisme

Nous parlerons d'écosystème d'innovation et d'écosystème d'innovateurs. Ce modèle de maturité que nous avons développé est le seul moyen d'évaluer objectivement ce potentiel. Il permet de prendre conscience que l'entreprise fait partie de la société et des paramètres internes et externes qui influencent ses capacités à créer de la valeur.
De plus, cette vision permet également de comprendre que s'il est formidable d'agir sur les entreprises, il faut également, en même temps, agir de manière coordonnée sur la "fertilité" de l'environnement à savoir son "écosystème d'innovateurs".
Pour se faire, il faut user de la diversité comme source de créativité et de création de valeurs, il faut s'inspirer des modes d'enseignements Québécois qui travaille autant sur la capacité à appréhender l'open innovation (via le travail en réseau pluridisciplinaires des étudiants) que sur les connaissances "théoriques", il faut s'inspirer de l'approche "urbaine" des USA qui tentent de remettre l'université au coeur des villes, en interférence avec la vie économique et sociale.
Tout ceci nous amène à défendre l'idée, que la seule politique d'innovation qui soit durable sera celle qui propose un ensemble d'actions coordonnées entres la culture, l'éducation, la science, l'économie et la politique d'aménagement du territoire.

Autour du même sujet