Les 10 patrons français les plus médiatiques

Ils s'appellent Michel Edouard Leclerc, Françoise Gri, Charles Beigbeder ou Jean-Claude Seys. Un point commun ? Les médias ne les effraient pas. Ils sont convaincus de l'utilité d'intervenir dans le débat public pour favoriser leur business et faire passer leurs idées.

Au fait sur quoi communiquent-ils et comment ?
Voici notre sélection 2011 des meilleurs bêtes de com du grand patronat.

Grande distribution

* Serge Papin : le choix de la « consommation durable »
Outre une large communication dans les médias sur la montée en puissance de son groupe et sa détermination à égaler Leclerc sur les prix, le patron du groupe « System U » promeut depuis ces derniers mois une nouvelle forme de consommation : « la consommation responsable ». Partant du constat qu’aujourd’hui le consommateur veut manger « sain et écolo » il veut se montrer précurseur dans un domaine qui ne connaît que la consommation de masse et la consommation bio « trop élitiste ». Pour cela, il n’hésite pas à débattre avec les écologistes  et à expliquer dans la presse et sur les plateaux télés que sa démarche va dans le sens de la réduction des prix, de meilleure qualité des produits, d’un service de proximité et de qualité et de la valorisation des produits locaux.

Finance

* Charles Beigbeder : l'homme qui n'a pas peur de mêler politique et business
Charles Beigbeder ne manque pas une occasion de faire parler de lui. En un peu plus d’un an, il aura été président du comité pour la candidature d’Annecy pour l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de 2018, se sera engagé en politique aux côtés de l’UMP et acheté des fermes en Ukraine pour y développer l’agriculture. Son objectif ? Occuper l’espace et montrer qu’il existe. La méthode semble fonctionner, les rumeurs à son sujet courent régulièrement : un coup sur la liste UMP pour les régionales en Ile-de-France, un autre futur président du PSG. En aucun cas, il ne veut laisser imaginer qu’il n’a plus de projets : « Rentier ? Vous pensez que j’étais devenu rentier ? » s’amusait-il auprès des médias qui s’interrogeaient sur son avenir après l’échec de la candidature d’Annecy.

* Jean-Claude Seys : priorité aux sujets de fond
Depuis qu’il n’est plus président de Covéa Jean-Claude Syes n’a pas pour autant cesser de participer au débat public. Très actif sur son blog, il traite des grandes questions sociaux-économiques en y posant son diagnostic et en y proposant ses solutions. Le chômage, la dette, l’assurance-maladie sont autant de sujets auxquels il apporte son expertise. Ses ouvrages son en revanche davantage axée sur son expérience de grand dirigeant d’entreprise.

Intérim

* Françoise Gri : pour la cause des femmes
Si les articles qu’elle consacre sur son blog traitent généralement de questions sociaux-économiques pour lesquelles elle n’hésite pas à donner son avis, son grand cheval de bataille dans les médias reste néanmoins la carrière des femmes dans l’entreprise. De plus en plus sollicitée par les médias, elle plaide en faveur de la mixité dans les conseils d’administration en de façon très directe en invectivant les hommes : « les femmes n’ont pas de temps à perdre, elles refusent un comité qui se poursuit sur une partie de golf ». Pour aider les femmes à accéder aux plus hauts postes de l’entreprise, elle annonce pour le mois de janvier prochain, un livre très « pragmatique et personnel » et entend bien faire entendre ses idées dans le cadre des échéances électorales qui s’annoncent.

Publicité

* Jacques Séguéla : en passe de devenir une icône
Très médiatique, son dernier ouvrage « le pouvoir dans la peau » sur les coulisses du pouvoir est très relayé dans les médias. Ces derniers temps, après sa fameuse phrase sur la Rolex, il est apparu dans un registre différent. Il crée en 2010 le Fonds de Dotation pour des projets éducatifs après avoir rencontré une religieuse.

* Maurice Lévy : quand l'homme de réseau s'engage sur la scène publique
Alors qu’il fait parti des patrons les mieux payés de France et qu’en prenant la tête de l’association française des entreprises privées (AFEP) certains médias se demandaient s’il allait pouvoir mettre de l’ordre dans la rémunération des patrons, Maurice Lévy fait plutôt parlé lui sur des questions d’imposition. A la fin du mois d’août dernier, il prend en effet la tête d’un petit groupement de patron qui appelle le gouvernement français à les taxer davantage.

Luxe

* François-Henri Pinault : de l'art à la lapidation
François-Henri Pinault est considéré comme un homme discret. Son mariage avec l’actrice Salma Hayek (plus célèbre que lui) et son fils avec l’actrice Linda Evangelista le range néanmoins parmi les « people » et l’oblige de temps à autres à communiquer sur sa vie personnelle. En septembre dernier, il a donc reconnu être le père du fils de Linda Evangelista. Habituellement, « FHP » est plus prompt à communiquer sur son engagement. A travers la fondation PPR, il s’engage pour la dignité et le droit de la femme. Il fait parler de lui en écrivant à Sakineh, condamnée à la lapidation en  Iran.

* Bernard Arnault : l'amour de l'art
En prenant la décision de se séparer du créateur de la maison Dior, John Galliano, pour propos antisémites, Bernard Arnault fait preuve de sa volonté de sauvegarder l’image de sa marque. Suite au propos sur les noirs de Jean-Paul Guerlain, sa réaction tardive avait été critiquée. Passionné par l’art contemporain, il défend depuis quelques années son projet de construction de la Fondation Louis Vuitton pour la création et l’art contemporain au jardin d’acclimatation.

Nouvelles technologies

* Jacques-Antoine Granjon : notre Steve Jobs
Le patron extravagant de Vente-Privée fait la promotion de l’Ecole Européenne des Métiers de l’Internet pour laquelle il est à l’origine avec Xavier Niel et Marc Simoninci. Quant à sa société, il annonce une alliance avec American Express pour s’implanter outre-Atlantique.

Agroalimentaire

* Franck Riboud : défenseur du rapprochement France-Italie
En tant que Président du Comité pour la Transalpine, lobby en faveur de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, Franck Riboud tente de défendre l’importance de l’accélération de ce projet auprès de Nicolas Sarkozy et de Sylvio Berlusconi. Pour lui, le fret doit être mis en service au plus vite pour des questions environnementales. Il est ainsi le relai d’une soixantaine d’industriels.

Autour du même sujet