Ces technologies grand public qui bousculent les entreprises… et les RH

L’arrivée de nouvelles technologies a toujours bouleversé nos habitudes. La révolution industrielle automobile, par exemple, a en son temps entraîné de profonds changements sociaux, favorisé le développement de nouveaux échanges, et irrémédiablement modifié notre façon d’être en société.

La rupture avec le passé fut alors aussi forte qu’imprévisible : personne ne pouvait imaginer à quoi s’attendre.
Aujourd’hui, d’autres technologies – j’ai nommé les réseaux sociaux et le mobile – envahissent notre quotidien et transforment de manière semblable et durable jusqu’à nos façons de travailler et de manager en entreprise. C’est une page qui se tourne : devant l’engouement que ces nouveautés suscitent, les applications professionnelles n’ont en effet plus d’autre choix que d’évoluer dans le même sens.
Les Ressources Humaines sont tout particulièrement concernées. Parmi les responsabilités qui leur incombent, inciter et développer l’engagement et la performance des collaborateurs sont des plus stratégiques pour le bon développement de l’entreprise. Or, réseaux sociaux et solutions mobiles représentent des vecteurs de communication incontournables pour les collaborateurs.
La fonction RH elle-même évolue pour davantage collaborer avec la Direction de la Communication, prendre plus de responsabilités dans la mise en œuvre de ces outils, et mieux aligner sa démarche à la stratégie de l'entreprise.

Les réseaux sociaux renforcent l’appartenance à l’entreprise

D’une part, les modes de management ont évolué au rythme des époques. Ainsi, après le leadership de pouvoir qui prônait au temps de la révolution industrielle, les salariés sont désormais beaucoup plus réceptifs au partage de valeurs communes, à la confiance réciproque, à une croyance certaine en l’autodiscipline.
D’autre part, les collaborateurs sont aujourd’hui à la recherche, aussi bien dans leur vie personnelle que professionnelle, de sentiments de compétences, d’autonomie et d’affiliation sociale.
Les réseaux sociaux répondent parfaitement à l’un et l’autre de ces besoins. En comblant les attentes de leurs utilisateurs, ils stimulent leur motivation intrinsèque, leur curiosité et leur vitalité ; et profitent ainsi à la performance de l’entreprise.
Nous pouvons clairement établir l'impact de ces technologies sur l'entreprise en termes de communication des employés. L'employé moderne est équipé d'un ou plusieurs dispositifs de communication qui lui permettent de s'exprimer en toute indépendance, et bien souvent sans se douter des conséquences de son message, sur son manager, la culture ou encore la stratégie de son entreprise.
Les réseaux sociaux publics représentent donc à la fois un risque et une opportunité dans la gestion de l'image de marque. La DRH se doit plus que jamais de mesurer objectivement le niveau d'engagement des collaborateurs afin de réduire les risques de "dérapage".
De plus, le lien entre l'engagement envers la marque et la performance au travail est aujourd'hui entièrement démontré, et ce quel que soit le pays et la culture d'origine du collaborateur. Cet effort de mesure, et pourquoi pas de croissance du niveau d'engagement, permet de dynamiser l'attraction de l'entreprise. Cela a pour conséquence de faciliter le recrutement des talents nécessaires à son développement, tout en facilitant la rétention des collaborateurs.

BYOD, ou le travail comme à la maison

Avec de plus en plus de possesseurs de Smartphones et de tablettes tactiles, le nombre de personnes qui se connectent à Internet en mobilité ne cesse d’augmenter. Des applications innovantes ont vu le jour, qui répondent à presque tous les aspects de notre vie quotidienne.
Ce phénomène a fait naître de nouvelles attentes, de spontanéité, d’ergonomie, de simplicité, que les applications professionnelles ne peuvent aujourd’hui plus ignorer. Elles aussi doivent se rendre facilement accessibles, de n’importe quel endroit et n’importe quel matériel.

Des applications qui touchent toute la chaîne de la gestion des talents

Bien entendu, adopter ces applications inédites va nécessiter des aménagements : en termes de sécurité tout d’abord, notamment au niveau de la maîtrise et du contrôle des informations confidentielles ; et également en termes de culture et de pratiques. D’autant qu’on ne parle plus seulement ici d’intégrer les réseaux sociaux et le mobile aux simples processus de recrutement, mais à l’ensemble de la gestion des talents.
Il ne s’agit en effet plus seulement de relier des profils à des offres d’emploi, mais de développer les outils sociaux qui favorisent le travail en équipe et la transversalité dans l’entreprise, grâce à une meilleure circulation des flux et des informations ; qui suscitent la créativité ; qui encouragent le partage et le transfert des connaissances ; qui permettent la création de modèles d’apprentissage personnalisés. Ce nouveau paradigme du travail décloisonné, basé sur un partage de connaissance continu, représente aujourd'hui le nouveau challenge des Ressources Humaines. Il est au cœur du mode de fonctionnement de la Génération Y, qui – chacun le sait – représentera 50% des effectifs de l'entreprise en 2020.
Entrées dans notre vie quotidienne par la voie personnelle, ces nouvelles technologies vont incontestablement modifier nos vies professionnelles de demain. Les Ressources Humaines n'ont peut-être pas perçu la pertinence de s'intéresser au sujet de la mobilisation de leurs applications aussi vite que le Marketing. Ceci étant, elles prennent le sujet de plus en plus au sérieux, car nombre de ces applications permettront d’améliorer leurs processus, d’influencer de manière mesurable les résultats de leur entreprise et de renforcer leur posture stratégique.

Autour du même sujet