Le café, ce tueur silencieux

L'astuce de la semaine pour améliorer vos performances compte parmi les plus simples et les plus rudimentaires dont je vous ai fait part jusqu'ici. Pour beaucoup de gens, cette astuce est capable d'avoir un impact plus considérable que n'importe quelle autre action. Quelle est-elle ? Arrêter de boire du café.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Comme n'importe quel adepte de la caféine pourra en témoigner, cela est plus facile à dire qu'à faire. Pour ceux qui l'ignoreraient, votre capacité à gérer vos émotions et à garder votre calme sous la contrainte est directement liée à votre productivité. TalentSmart a conduit une étude sur plus d'un million d'individus, et celle-ci a démontré que 90 % des personnes les plus efficaces possédaient une intelligence émotionnelle élevée. Elles parviennent brillamment à gérer leurs émotions (même en cas de stress aigu) afin de garder leur sang-froid.

Les bons côtés de la caféine : il n'y en a pas vraiment

La plupart des gens se mettent à boire du café parce qu'ils ont la sensation d'être plus attentifs et de meilleure humeur. De nombreuses études prouvent que la caféine améliore effectivement les performances cognitives (la mémoire, la durée de l'attention accordée à un sujet, etc.) sur le court terme. Malheureusement, ces études n'ont pas pris en compte la quantité de caféine ingérée par ces individus. Une nouvelle étude menée par l'Ecole de Médecine John Hopkins présente que l'amélioration des performances dues à la consommation de caféine se produisait chez des buveurs de café qui subissait le revers d'un arrêt de leur consommation sur le court terme. En analysant la prise de caféine des participants, les chercheurs de John Hopkins ont découvert que les progrès liés à la caféine n'existaient pas sans un arrêt de celle-ci. En substance, ne plus ingérer de caféine réduit vos performances cognitives et a un impact négatif sur votre humeur. Le seul moyen de revenir à la normale est de boire du café et lorsque c'est le cas, vous avez l'impression d'être boosté. En réalité, le breuvage ne fait que rabaisser votre efficacité à son niveau habituel pour une petite période.

Le mauvais côté : l'adrénaline

Absorber de la caféine entraîne une production d'adrénaline. Celle-ci est la source de la réponse "combat-fuite", un mécanisme de survie qui vous oblige à vous battre ou à déguerpir à toutes jambes lors que vous vous retrouvez face à une menace. Ce processus supprime le raisonnement rationnel en faveur d'une réponse plus rapide. Il est utile si vous êtes poursuivi par un ours, mais pas si vous répondez de façon brutale à un e-mail. Lorsque la caféine amène votre corps et votre cerveau à cet état d'hyperstimulation, vos émotions prennent le pas sur votre comportement.
L'irritabilité et l'anxiété sont les deux effets les plus souvent observés suite à la consommation de caféine, mais celle-ci permet à vos émotions de prendre le dessus.
Les effets négatifs d'une production d'adrénaline générée par l'absorption de caféine ne se ressentent pas uniquement sur le comportement. Des chercheurs de l'Université Cargie Mellon ont découvert qu'une consommation élevée de caféine augmentait la pression artérielle, stimulait le cœur et entraînait une respiration saccadée, dont les lecteurs de Emotional Intelligence 2.0 savent désormais qu'elle prive le cerveau de l'oxygène qui lui est nécessaire pour que vous puissiez réfléchir de manière calme et rationnelle. 

L'effet caché : le sommeil

Lorsque vous dormez, votre cerveau se recharge littéralement, il parcourt les souvenirs de votre journée, les mémorise ou les supprime (provoquant par là-même les rêves) afin que vous vous réveilliez au matin frais, dispos et les idées bien en place. Votre sang-froid, votre capacité à vous concentrer, à retenir des éléments et la vitesse à laquelle vous parviendrez à traiter des informations sera affaiblie si vous manquez de sommeil. Pour que vous soyez reposé, votre cerveau passe par tout un tas de cycles élaborés. Vous pouvez aider l'accomplissement de ce processus et améliorer la qualité de votre sommeil en réduisant votre apport en caféine.
Voici pourquoi vous aurez envie de le diminuer : la caféine fait effet pendant six heures, ce qui signifie qu'il lui faut 24 heures complètes pour disparaître totalement de votre organisme. Si vous buvez une tasse de café à 8 heures, 25 % de caféine seront toujours présents dans votre corps à 20 heures.
Tout ce que vous avalez après midi sera systématiquement présent à 50 % lorsque vous vous coucherez. N'importe quel taux de caféine présent dans votre sang – et les effets négatifs augmentent avec la dose – rend votre endormissement plus difficile.
Quand vous réussissez finalement à vous endormir, le pire est à venir. La caféine altère la qualité de votre sommeil en diminuant votre sommeil paradoxal, ce sommeil profond pendant lequel votre corps récupère et traite les émotions. Lorsque la caféine dégrade votre sommeil, vous vous réveillez le lendemain avec un handicap émotionnel. Évidemment, vous aurez envie de boire du café ou une boisson énergisante pour obtenir un regain d'énergie. La caféine entraîne une production d'adrénaline qui alimente ce handicap. Conséquence de cette molécule associée au manque de sommeil, vous êtes fatigué dans l'après-midi et vous consommez donc davantage de café, ce qui en augmente le taux dans votre sang à l'heure du coucher. Vous vous retrouvez rapidement au centre d'un cercle vicieux.

L'arrêt

Comme tous les stimulants, la caféine provoque une addiction physiologique et psychologique. Si vous choisissez de diminuez votre consommation, vous devriez le faire progressivement, en suivant les conseils d'un professionnel de la santé compétent. Les chercheurs de John Hopkins se sont aperçus que stopper l'ingestion de caféine suscitait des maux de tête, de la fatigue, de la somnolence et des difficultés de concentration. Certaines personnes évoquent des symptômes semblables à ceux de la grippe, une tendance à la dépression et de l'anxiété après avoir réduit leurs apports d'une seule tasse par jour seulement. Modérer votre absorption de caféine quotidienne permet efficacement de réduire les effets liés à cette diminution.

------------------------------
Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet