Devenir consultant : comment réguler l'entrée dans la profession ?

2015 sera-t-elle une année propice à la création de nouveaux consultants ? La nouvelle loi de la formation, le CPF ne semblent pas vraiment être en la faveur de ce métier. Comment réguler une profession qui ne l'a jamais été ? Comment identifier le professionnel de l'amateur low cost nouvellement arrivé ?

Devenir consultant : Le rêve de nombreux étudiants. L'IMAGE ou sa représentation reste encore très positive. L'attrait vers cette profession reste très en vogue pour les étudiants et autres novices.
Belle voiture, beau costume, physique agréable, aisance orale,  etc....
La fabrique de consultant ne s'arrête pas. Aujourd'hui ce métier est en plein essor. En effet , aucune régulation n'a été mise en place officiellement pour limiter l'entrée dans la profession. Cependant, le CPF, (qui se substitue au DIF) limite le nombre de formation financable. Un moyen d'exclure du marché de la formation les imposteurs.
Plus le marché est tendu en création d'emplois, plus le métier de consultant se développe. Les auto entrepreneurs se lancent vers ce secteur de plus en plus...
Personne ne parle de ce métier. Isolement et discrétion. Confidentialité du secteur. Peu de communication média. Aucune émission TV sur cette profession......Secret défense. Faut-il en déduire que plus le secret est défendu, moins on va pouvoir identifier les modes d'accès ? Les qualifications demandées ? Les diplômes ?......
COMMENT SAVOIR identifier l'expert de l'amateur ? Quel avenir dans ce métier ?
Trop facile : Je viens d'être licencié, d'envoyer ma lettre de démission , je veux être indépendant, je veux créer mon emploi, Je démissionne de mon poste de DRH ? Je vais faire consultant RH. Ancien directeur commercial? je vais devenir consultant en stratégie commerciale et marketing...
Ancien responsable financier ? je serai consultant en stratégie financière.......Les exemples sont nombreux et tous les jours, de nouveaux consultants débarquent sur le marché de la formation en entreprise et du "consulting" stratégique.......sans aucune formation au préalable. Instinct et intuition sont les seuls modes d'accès ?
Je n'ai besoin d'aucune formation spécifique pour devenir ce fameux "Consultant".
Actuellement tout le monde peut devenir consultant. L'immatriculation est simple (Je vous renvoie à l'émission d'Elise LUCET sur France 2 en 2014 sur la formation professionnelle et ses abus).
Il suffit de regarder le métier de COACH (Qui se rapproche du coach-consultant...), je coiffe mes poupées, je deviens Coach en relooking, je sais poser 3 carrelages, je deviens Coach - carreleur, je pose des tableaux et une moquette, je suis Coach en décoration, etc... Avec ces exemples caricaturaux, je veux montrer la FACILITE d'accès à ces métiers qui n'ont jamais été régulé. Des diplômes , des labels, des certifications existent. Qui s'en préoccupe ?
C'est tellement simple de faire ce métier, que tout le monde se lance dans le "consulting", le coaching ou la formation en qualité de formateur....
Pas de contrôle, pas de certification? Pas de régulation ? La porte est grande ouverte.
Aujourd'hui les coûts de formation vont être le centre des préoccupations pour les entreprises en 2015.
Dans le cadre des appels d'offre, l'expérience, le savoir faire ou l'expertise du consultant ne sont pas souvent les critères retenus. Le coût à la journée ou par participants reste une priorité.
Le consultant dit "LOW COST" ,devenu consultant en 3 jours, va savoir se brader pour accéder à différents marchés. Ces coûts de formation peuvent être facturés à 300 euros TTC la journée avec une carte de visite de Consultant expert. 
Super avenir pour nous, consultants professionnels expérimentés et reconnus.
La confidentialité de ce métier et l'isolement ou le refus du partage ne permettent pas d'accéder à ces informations. J'ai la chance de pouvoir avoir des informations avec les "acheteurs de la formation". le constat est accablant.
ETRE CONSULTANT est un VRAI METIER. Je le suis depuis 21 ans. Pas simple d'être reconnu dans un marché saturé de consultants. Pas facile de DURER dans ce métier.
C'est une pratique, une approche pédagogique, du contenu, de l'animation, de la réactivité, de l'intuition.......de la créativité. Un métier riche en contact et en rencontre.
Un jeune consultant aujourd'hui qui devient indépendant, sans réseaux, sans appuis, sans expertise (due à son jeune âge) ne verra aucun avenir. Il faut être REALISTE et COHERENT dans ce métier.
Etre et devenir consultant , c'est avant tout :
  • AVOIR un domaine d'expertise reconnu par les entreprises et tous les acheteurs de conseils-Formation.
  • Connaitre l'entreprise de l'intérieur en ayant eu une expérience en qualité de salarié, de responsable....( Trop de nouveaux deviennent "consultant" avec une approche théorique tirée de livres loin de la réalité du terrain...).
  • Etre formé à la pédagogie, au diagnostic et à l'ingénierie de formation.
  • Avoir une approche pédagogique individuelle et de groupe. Un bon relationnel, inspirer confiance.
  • Etre IDENTIFIE par son approche personnelle, sa méthode de travail et ses pratiques professionnelles.
  • Avoir un niveau de diplômes requis (Même si ce n'est pas le diplôme qui fait le meilleur consultant. En France, encore la culture du diplôme, pas de l'expérience.)
  • ETRE CERTIFIE afin d'être identifié, LISIBLE, sur ses pratiques, Être RECONNU dans son métier.
  • AVOIR la PREUVE de son passage en entreprise. ( Les évaluations restent les seules preuves de pratiques accessibles - Non utilisées aujourd'hui par manque de temps).
  • MESURER les progrès observés suite à son passage, l'utilité et la pertinence de sa méthode.
  • Etre CREATIF, se former, s'adapter aux évolutions techniques, de supports ou autre..........( Notre métier change, se transforme.... les attentes sont différentes.)
  • AIMER l'incertitude. La dépendance aux marchés et à la demande fluctuent. RIEN n'est jamais acquis dans ce métier.
La précarité est présente car aucun contrat ne dure dans le temps. Être aussi un bon COMMERCIAL pour développer son fichier client. (Après expérience, le réseau fera le reste ).
Pour résumer : Un consultant qui a moins de 5 ans d'expérience peut-il être EXPERT ?
La question divise. Un diplôme ou une expérience prouvée ?
Une chose est évidente :
  • Etre CERTIFIE aujourd'hui devrait devenir la phase obligatoire pour reconnaître le STATUT de Consultant.
  • Le RESULTAT obtenu doit constituer la preuve du savoir faire.
  • LIMITER l'accès à ce métier face cette horde de nouveaux "Pseudo consultants multi missions et experts en TOUT".
  • Stopper cette invasion qui ne valorise pas notre VRAI métier et qui le met en DANGER.
Acteurs-décideurs, acheteurs de la formation, à vous de réagir pour éviter que ce métier tombe dans la facilité au détriment des vrais experts.
VALORISER la profession, c'est aussi savoir en parler, sortir de la confidentialité. COMMUNIQUER.
Les certifications dans ce métier doivent se savoir, se diffuser, se transmettre..
ICPF-PSI est sur la bonne voie actuellement dans ce domaine.
Du travail reste à faire.
A suivre.

Certification