Moncompteformation.gouv.fr la vraie fausse révolution de la formation professionnelle !

La réforme de la formation du 5 mars 2014 proposait de mettre le salarié au coeur de sa formation professionnelle continue via le CPF.

A l’heure où nous venons tous de recevoir de la part de nos employeurs un courrier d’information nous notifiant de notre solde DIF et la mise en œuvre du CPF, je me suis offert de loisir de créer mon compte auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations sur http://www.moncompteformation.gouv.fr.

Tout d'abord rappelons que http://www.moncompteformation.gouv.fr est bel et bien le site qui recensera toutes les informations sur le Compte Personnel deFormation (CPF)


J’ai enfin la main sur ma formation professionnelle …

L’espace « Titulaire » est simple et convivial, ce qui ne gâche pas le plaisir.
Pour vous inscrire, il suffit de renseigner votre numéro de sécurité sociale (sans la clé), votre civilité, nom, prénom, téléphones (facultatif) et adresse email. Un contrôle de sécurité et un mot de passe sont ensuite à renseigner.
Une fois un lien cliquable transmis automatiquement au titulaire du compte, la procédure est terminée. Vous pouvez dès à présent vous connecter à votre compte.
Première surprise : le solde DIF est à renseigner par le salarié. A quoi va donc servir les soldes envoyés aux OPCA pour le 31/01/2015 par les entreprises ? Les numéros de sécurité sociale auraient dû suffire à réaliser les interfaces nécessaires et éviter toute faute de frappe (volontaire ou non) et les éventuels désagréments futurs à ce sujet. La vérification ne sera effective qu’à la première mobilisation du CPF.
De même, c’est au salarié d’indiquer une éventuelle délégation CPF auprès de son (ses) employeur(s). Numéro SIRET, date de début et date de fin de délégation (optionnelle) sont à saisir. Connaître les éléments de cette étape et les justifier reste un mystère. Aucune explication n’est disponible, il ne me reste plus qu’à demander à mon employeur… ce qui n’est pas obligatoirement l’objectif.
A priori, un contrôle sur une liste d’employeurs ayant conservé leur gestion 0,2% est effectuée. On félicitera néanmoins le fait de pouvoir en saisir plusieurs. 
La rubrique « Mes dossiers de formation » m’interpelle, c’est ici que je vais pouvoir faire mes demandes.
Tout commence par le Code formation éligible CPF. La recherche est assez obscure et surtout, rien n’indique les éventuelles conditions d’accès, les niveaux requis, les pièces nécessaires, les contacts utiles… Tout juste un lien vers l’organisme de formation concerné ou vers la fiche RNCP. 
Dans la peau d’un salarié sans connaissance en gestion de la formation professionnelle, de nombreuses questions se posent :
  • Qui dois-je contacter ?
  • Ce dossier formation m’assure-t-il l’accès à la formation ou uniquement à son financement ?
  • Que signifie le chiffre derrière l’inscription au RNCP ? Quel est le rôle des dates d’éligibilité ?
  • Que veulent dire tous ces termes obscurs « Formation initiale », « Apprentissage », « Formation continue », « Contrat de pro », « VAE », « Demande individuelle », « Unité capacitaire » ?
En clair : Comment procéder pour demander et obtenir une formation dans le cadre de mon CPF ?
Malgré ces aléas, je renseigne le fameux code formation dans le dossier.L’utilisateur doit désormais saisir la durée totale, les dates et lieu de formation, la raison sociale, le Siret de l’organisme et la rubrique financement. Là encore si tout est « facile » pour un gestionnaire formation expérimenté, il n’en va pas de même pour un salarié hors de ce domaine d’expertise.
Une coche permet d’ailleurs de rendre le dossier confidentiel (décochée par défaut), donc non visible pour son employeur. Bien mal située (en haut à droite du formulaire), elle sera souvent « oubliée » car pas vraiment visible. Fût-elle proche de la signature ou du bouton d’enregistrement, le titulaire se poserait la question, mais là...
Je comprends assez rapidement que je ne peux monter mon dossier de formation seul…

Mais pas sans aide et informations

Direction l’organisme qui pourra (peut-être) m’aider ou mon OPCA si je le connais ou encore mon service RH.
Finalement, ce dispositif remet la création et la gestion du dossier sur les épaules des services RH ou des organismes paritaires qui étaient habitués à les traiter de manière autonome et non à la demande des usagers.
De retour sur la page d’accueil du site. La rubrique « Mes interlocuteurs » m’informe que les « conseillers en évolution professionnelle » sont là pour m’aider. Je peux les trouver au sein de Pôle emploi, de l’APEC, des Missions locales, de Cape Emploi, des OPACIF, de mon entreprise ou des Carif-Oref régionaux.
Espérons qu’ils seront formés et à jour de cette réforme et pourront absorber la volumétrie…

Autour du même sujet