Outplacement or not outplacement ?

Quand l’entreprise licencie un cadre, elle peut parfois proposer à celui-ci un accompagnement dans sa recherche d’emploi par le biais d’un ouplacement.

Dans le contexte d’un marché de l’emploi plutôt caché voire fermé, où les codes et les façons de rechercher un travail ont profondément changé, l’outplacement est un accompagnement nécessaire. Voire indispensable. Alors, outplacement ou pas ?
Quand l’entreprise licencie un  cadre, elle peut parfois proposer à celui-ci un accompagnement dans sa recherche d’emploi par le biais d’un ouplacement.
Cette proposition, le plus souvent faite dans le cadre de la négociation d’une transaction, est parfois regardée avec suspicion par le futur ex-collaborateur ou alors prise pour une opportunité de cash supplémentaire s'il pense en demander la contrepartie financière. Pourtant, dans le contexte d’un marché de l’emploi plutôt caché voire fermé, où les codes et les façons de rechercher un travail ont profondément changé, l’outplacement est un accompagnement nécessaire. Voire indispensable. Alors, outplacement ou pas ?
Etre licencié(e), que ce soit pour une raison personnelle ou économique, n’est jamais une bonne nouvelle et peut s’avérer une véritable épreuve pour celui ou celle qui est resté(e), parfois longtemps dans la même entreprise voire ne l’a jamais quittée. Une fois le choc de l’annonce passé et la procédure engagée, le futur chômeur doit pourtant essayer de tourner la page au plus vite car la vie professionnelle est longue et doit continuer ailleurs. Et se lancer dans sa recherche d’emploi.

Chercher un job !

Certains ne l’ont pas fait depuis des années et entre temps les codes et les méthodes ont tellement évolué. Chercher un job, oui, mais lequel ? Dans quelle entreprise ? Dans quel univers ? Quel projet professionnel ? Quelles sont mes compétences et que dois je mettre en avant pour me différencier de la « concurrence » ? Comment expliquer mon départ de ma précédente entreprise, dois je dire que j’ai été licencié(e) ? Et maintenant que je suis « dehors », comment les recruteurs vont ils me percevoir ? Que vais je dire chez moi, à mon conjoint, mes enfants, mes amis ? Qui sont les chasseurs de tête à contacter ? Comment les contacter ? Que leur dire ? Dois je aller sur les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo ? Je ne vois quasiment plus d’annonce dans les journaux, comment savoir où sont les postes ? Comment trouve-t-on un poste ?
Ces questions ne sont qu’un aperçu de la tempête qui souffle dans la tête de la personne licenciée. Car à cela peut s’ajouter un profond questionnement : pourquoi moi ? pourquoi me reproche-t-on cela ? qu’ai-je fait ou pas fait ou mal fait ? J'ai toujours été dévoué(e), engagé(e), un "bon soldat", alors pourquoi ? J’ai vu la DRH mais mon patron lui ne m’a rien dit ? Je ne comprends pas …. 
Ces questions sont une souffrance, un tsunami pour certains qui ont toujours connu une belle et régulière progression professionnelle. Et qui n’ont parfois jamais vraiment cherché de travail.

Dans le documentaire "La lutte des cadres" diffusé mardi 13 janvier 2015 à 21:45 sur France 5 (Replay sur pluzz.francetv.fr), on entend que 75 à 80 % des postes se trouvent aujourd'hui par le réseau, et moins de 10 voire 5% par annonces et cabinets de recrutement. Autant dire qu'il est urgent de savoir comment engager une recherche d'emploi par réseau.
Un cabinet d'outplacement saura guider la personne en recherche dans cette dimension nouvelle et si actuelle.
En proposant un outplacement, l’entreprise ne cherche pas à se dédouaner de sa responsabilité d’employeur. Bien au contraire ! Car les DRH sont parfaitement conscients, pour l’avoir parfois même vécu eux-mêmes, de la complexité que représente une recherche d’emploi, notamment quand on commence à avoir une certaine expérience. La loi sur les seniors qui place l’âge légal de la séniorité professionnelle à 45 ans en France, n’a pas aidé à faciliter la recherche pour les plus expérimentés. Passé ce cap, certaines entreprises ont du mal à préférer ces candidats plus âgés donc vus comme plus chers ou moins adaptables ou moins à la pointe.
Alors pour toutes ces raisons et pour passer au mieux cette période professionnelle difficile à bien des égards, l’outplacement peut se révéler une solution intelligente et facilitante. 
Certains penseront que leur entreprise se déculpabilise ainsi de les avoir licencié. Peut être. Et alors ? Si tout le monde y trouve son compte, c'est bien le principe d'un deal gagnant-gagnant tel que le prévoit une transaction. Un cadre accompagné en outplacement mettra en moyenne 8 à 12 mois pour retrouver un poste. Pour un cadre non accompagné, c'est à dire uniquement suivi par Pôle Emploi, ce sera 13 à 18 mois... Quelque soient leurs compétences et qualités humaines, et on rencontre aussi  de belles personnes dans les équipes de Pôle Emploi, les conseillers n'ont ni les moyens, ni le temps, de suivre chaque demandeur d'emploi comme un consultant en outplacement le fera.
En tout cas, personnellement, je n'ai pas hésité et vécu cette période en outplacement comme une vraie expérience professionnelle et humaine. Alors, outplacement bien sûr !




Recrutement / Réseaux sociaux