Ces métiers nés grâce au Big Data

Désormais, le Big Data est partout. Il a permis la naissance de métiers peu connus, bien payés et qui recrutent massivement.

Chief Data Officer

Il est le Directeur de la data, le gardien de l’éthique. Il est à la tête d’une équipe spécialisée dans l’acquisition, l’analyse et l’exploitation des données. Sa fonction consiste à la gouvernance de son équipe pour l’approvisionnement des données les plus intéressantes et cohérentes pour l’intérêt de l’entreprise. Il organise le partage de leur analyse avec les directions métiers, et fait respecter l’éthique en matière d’usage de ces informations. Il s’appuie, avec son équipe, sur des connaissances pointues en statistiques, informatique et numérique pour donner des repères à chaque département : marketing, ressources humaines, ingénierie, service qualité, comptabilité et gestion. Un diplôme issu d’écoles d’ingénieurs est de rigueur, ainsi que des compétences et une solide expérience dans les domaines du management, de l’informatique et du marketing sont nécessaires. Le salaire annuel brut, avec 10-15 années d’expérience, est aux alentours de 120 000 euros.

Business Intelligence Manager

Son travail consiste à faciliter les prises de décision du CDO. Il utilise des nouvelles technologies pour mettre en place des tableaux de bords, des outils de reporting, afin de les intégrer au système informatique et de les rendre accessibles aux utilisateurs au sein de l’entreprise. Ce métier nécessite de solides connaissances en anglais, en informatique et en gestion des données. Comme pour le CDO, un diplôme issu d’écoles d’ingénieurs est de rigueur. Le salaire annuel brut moyen, avec 5-10 années d’expérience, s’élève à 75 000 euros.

Data Scientist

Il est responsable de la collecte, du traitement, de l’évaluation et  de l’analyse des données massives, ou Big Data, afin d’optimiser la stratégie de l’entreprise. Son rôle est de créer pour les métiers de l’entreprise des algorithmes qui produisent des informations utiles, notamment afin de proposer aux clients, les produits qu’ils recherchent. Ce sont des profils qui mélangent des compétences en management, informatique et statistiques. Ils maîtrisent les techniques du datamining, ainsi que les technologies et les outils informatiques des bases de données tels que Hadoop, Java, MapReduce, Bigtable, NoSQL…  Un diplôme issu d’écoles d’ingénieurs est de rigueur. Le salaire annuel brut, avec 3 années d’expérience, est aux alentours de 60 000 euros.

Data Analyst

Il utilise des techniques statistiques et des outils informatiques spécialisés afin d’organiser, de synthétiser et de traduire les informations dont les entreprises ont besoin pour faciliter les prises de décisions. Les spécificités du poste se situent dans le volume des données traitées et la maitrise des outils spécifiques au Big Data. Son rôle est de faire parler les données et d’en sortir des indicateurs concrets au service de la direction générale pour les exploiter à des fins commerciales.  Un diplôme issu d’écoles d’ingénieurs est de rigueur. Le salaire annuel brut, avec 2-3 années d’expérience, est aux alentours de 40 000 euros.

Le Data Miner

Il est le "fouilleur de données", le Sherlock Holmes de la data. Son rôle est de dénicher les informations parmi de multiples données, afin de les rendre exploitables et utiles pour l’entreprise. Il doit disposer d’excellentes compétences en informatique, en statistiques et en business. Il est possible de devenir Data Miner à partir d’une licence en informatique ou en marketing. Il peut évoluer comme Data Analyst puis Data Scientist avec le temps. Le salaire annuel brut, avec 2-4 années d’expérience, est aux alentours de 55 000 euros.

Master Data Manager

Également appelé Gestionnaire des Données, la Data Manager acquiert et organise les informations de l’entreprise en vue de leur exploitation optimale. C’est un expert des données de base qui englobent, d’une part, les données référentielles (liées  aux catalogues fournisseurs, clients, articles, etc…) et les métadonnées structurantes (liées aux normes et méthodes réglementaires).  Il doit veiller à ce que ces données soient bien conformes et organisées selon les règles de gestion définies et correctement intégrées dans le système d’information exploité par les équipes métier. Le salaire annuel brut, avec 2-4 années d’expérience, est aux alentours de 45 000 euros.

Data Protection Officer

C’est la personne garante de la protection des données personnelles dans l’organisation pour laquelle elle travaille. Ce poste pourrait devenir obligatoire dans toutes les entreprises ayant plus de 250 salariés. Le métier comprend donc un important volet de sensibilisation. Sa fonction est transversale. Son challenge est d’être tenu au courant de tous les projets de traitement des données pour apporter ses préconisations en amont. Il doit réunir des compétences en informatique, en droit, mais aussi en communication. C’est un nouveau métier du digital qui apparait dans un contexte de forte concurrence où la protection des données et au cœur des problématiques entreprises et représente un enjeu majeur de l’économie.  Le salaire annuel brut, avec 1-3 années d’expérience, est aux alentours de 35 000 euros.

Les spécialistes du big data sont à la fois très rares et très demandés. On les retrouve principalement au sein de grands groupes des secteurs de la banque, de l’assurance et de la finance, ou chez les opérateurs qui stockent et traitent des données comme les data centers, les fournisseurs d’accès internet et les hébergeurs.  Mais la réglementation sur les données évoluant rapidement, et les opportunités business data se multipliant, toutes les entreprises se verront entourées, de près comme de loin, de profils semblables à ceux présentés ci-dessus.

PS : Les rémunérations présentées sont indicatives et relèvent d’échanges auprès de mon réseau professionnel. Elles diffèrent selon la taille et le secteur de l’entreprise mais aussi de la formation du collaborateur. Dans certains cas, la rémunération peut être multipliée par 3.

 

Autour du même sujet