Les processus prévisionnels des entreprises de demain

L'étude 2009 sur « les processus prévisionnels, pour les entreprises, demain », menée par Bearing Point, a mis en avant que les entreprises cherchent à alléger leur système prévisionnel. Celui-ci consomme en effet beaucoup de ressources et une grande quantité de temps pour un niveau de qualité insatisfaisant. Les trois objectifs qu'elles se sont fixés sont : améliorer la pertinence des données, dynamiser les prévisions et renforcer la mobilisation des acteurs et ce, en mettant en place huit leviers principaux.
La simplification du contenu en réduisant le niveau de détail doit permettre des prévisions plus fréquentes. L'utilisation d'indicateurs « métiers » comme ceux liés à la conjoncture (consommation des ménages, évolution des matières premières…) et ceux non financiers (part de marché, panier moyen…) permet de décrypter au mieux son environnement. L'articulation étroite entre indicateurs opérationnels et financiers est une autre clé de succès à condition de mener un travail de modélisation pour traduire l'impact opérationnel en conséquences financières. Toute prévision fiable doit aussi s'appuyer sur un socle de données comptables basé sur des indicateurs clés (volume des ventes, chiffre d'affaires).
Raccourcir l'horizon de prévisions pour se focaliser sur le très court terme, avec une fréquence adaptée aux indicateurs est un autre levier, au même titre que le recours à des scénarios et à des économistes pour affiner les prévisions.
La mise en place de systèmes d'information performants constitue un appui décisif pour mettre en place des processus rapides en favorisant le travail en scénarios et l'implication des acteurs opérationnels dans la prise de décision.
La fixation d'objectif et une culture de gestion renforcée sont aussi essentielles, notamment concernant les équipes non financière parfois moins sensibles à la prévision et qui doivent devenir leur « pierre angulaire ».

Matières premières / Chiffre d'affaires