VAE : la validation des acquis de l'expérience

La validation des acquis de l'expérience permet d'obtenir un diplôme sur la base de son expérience professionnelle.

Qui peut en bénéficier ?

La seule condition pour prétendre à une validation des acquis de l'expérience (VAE) est d'avoir cumulé une expérience (salariée ou non) de 3 ans en rapport avec le contenu de la certification envisagée. Les périodes de formation et de stage n'entrent pas dans le calcul de cette période.
En dehors de cette obligation, la VAE est ouverte aux salariés, non-salariés, demandeurs d'emploi, agents publics, responsables syndicaux, bénévoles...

Pour obtenir quels diplômes ?

Théoriquement, tous les diplômes et titres à vocation professionnelle ainsi que les certificats de qualifications enregistrés au registre national des certifications professionnelles (RNCP) sont ouverts à la VAE.
Cependant, certains diplômes n'y sont pas accessibles pour des raisons de sécurité, de santé ou de défense nationale.

Comment constituer son dossier ?

Pour demander la validation des acquis de l'expérience, il faut constituer un dossier. Vous devez y prouver votre activité d'au moins trois ans. Les salariés peuvent fournir des bulletins de salaires ou des attestations d'employeur. Les non-salariés peuvent, selon les cas, présenter une déclaration fiscale, une déclaration fiscale Urssaf, un extrait du K bis ou D1. Quant aux bénévoles, ils doivent présenter des attestations signées par deux personnes de l'association ou du syndicat ayant pouvoir ou délégation de signature.
Le dossier est déposé à l'organisme certificateur ou "valideur" qui correspond au diplôme demandé. Il a deux mois pour déterminer la recevabilité de votre dossier, ce qui ne signifie pas que votre VAE est acceptée mais que vous respectez les conditions et que votre dossier sera étudié.

Comment valider sa candidature ?

Une fois votre demande jugée recevable, vous devez réaliser un dossier de présentation de l'expérience dans lequel vous retracez précisément votre parcours. Pour cette démarche, il est recommandé de se faire accompagner d'une structure spécialisée (qui peut être publique ou privée).
C'est ensuite un jury de l'organisme certificateur qui évalue les compétences du candidat. Il prend sa décision à partir du dossier de présentation de l'expérience éventuellement accompagné d'un entretien. Dans certains cas, la validation a lieu par l'intermédiaire d'une mise en situation professionnelle.
Le jury peut rendre trois décisions : la validation totale, la validation partielle ou le refus.

Formation professionnelle

Annonces Google