Elisabeth Grebot (psychologue) "Les dépressions liées au travail touchent entre 8 % et 10 % des hommes"

Quand le stress devient-il nocif ? Peut-on améliorer sa résistance ? Comment reconnaître un burnout ? Les précisions d'une psychologue sur l'épuisement émotionnel au travail.

grebot 100
Elisabeth Grebot, psychologue et auteur de "Stress et burnout au travail" © JDN / Cécile Genest

Stress, fatigue, burnout, harcèlement, suicides... Ces mots apparaissent de plus en plus régulièrement à la Une de l'actualité. Au point d'inquiéter les pouvoirs publics, qui souhaitent que la lutte contre le stress au travail devienne une priorité. Xavier Bertrand, ministre du Travail, vient, à cette fin, de recevoir le rapport de Philippe Nasse et du docteur Légeron.

Elisabeth Grebot, psychologue à Paris et auteur de "Stress et burnout au travail" (Editions d'organisation), est venue répondre aux questions des internautes sur ces sujets sensibles.

 

Comment distingue-t-on le bon stress du mauvais ?
Elisabeth Grebot.
Tout d'abord, il est indispensable de différencier le bon du mauvais stress car cela signifie que le stress peut être bon. C'est le cas quand la performance est bonne ou optimale, le stress est mauvais quand la performance est diminuée.


Y a t-il des personnalités plus enclines à tomber dans le burnout ?
Les recherches ont mis en évidence des caractéristiques personnelles propices au stress et des traits de personnalité protecteurs comme par exemple, la tendance à l'anxiété, l'affirmation de soi, etc.
 

"Les statistiques sur les suicides liés au travail sont impressionnantes et alarmantes"

Comment peut-on repérer les signes avant-coureurs chez ses collègues ?
Votre question évoque les conséquences ou les manifestations du stress. Elles sont nombreuses, diverses et peuvent se confondre avec des traits de personnalité pathologiques. L'irritabilité, la colère et l'anxiété sont des manifestations bruyantes. A l'inverse, certaines personnes manifestent des attitudes de retrait ou d'isolement.
 

Le stress n'est-il pas un moteur positif ? N'y a-t-il pas des métiers qui ne fonctionneraient pas sans un minimum de stress ?
Un certain degré de stress est dynamisant, stimulant. A l'inverse, un degré trop élevé inhibe : il suffit de penser aux sportifs de haut niveau qui ont besoin d'être à un certain degré de stimulation, mais un excès perturbe considérablement la performance ou la réussite. Par exemple, imaginons un joueur de tennis à Roland Garros qui arrive sur le terrain trop détendu ou trop tendu...
 

grebot 1
Elisabeth Grebot © JDN / Cécile Genest

Peut-on être atteint de burnout et ne pas le savoir ? Comment le diagnostiquer ?
Le burnout est diagnostiqué à l'aide d'un questionnaire : par exemple celui de Maslach (que vous pouvez retrouver gratuitement sur Internet). L'épuisement professionnel n'est pas toujours connu des sujets qui en sont atteints : certains salariés en prennent conscience lorsqu'ils deviennent agressifs, sadiques avec leur public (patients chez les soignants, élèves pour les profs, etc.)


Comment améliorer sa résistance physique et/ou mentale au stress ?
Effectivement, il y a des personnes résilientes après des situations extrêmes... Mais le travail est il une situation extrême ? Toutefois, il y a des techniques qui aident à faire face à des situations stressantes : la relaxation, les thérapies cognitives ou comportementales, les stages d'affirmation de soi, etc.


En 2007, on a beaucoup parlé de suicides liés au travail. La situation empire-t-elle ?
Oui, les statistiques sur les suicides liés au travail sont impressionnantes et alarmantes. Avant, on en parlait moins et ce sujet n'était pas médiatisé. Seules les enquêtes sur les conditions de travail évaluaient ce phénomène. Christophe Dejours, professeur au Cnam, a écrit deux livres sur le sujet, "Travail, usure mentale" en 1993 et "La souffrance au travail" en 1998. Cet auteur, psychologue, insiste sur les modifications des liens sociaux au travail et la désolidarisation entre collègues : il parle de pathologie de la solitude. Je partage ce point de vue sur les relations au travail et la nécessité de tisser du soutien social dans le collectif professionnel.

 

"L'épuisement professionnel n'est pas toujours connu des sujets qui en sont atteints"

Je suis indépendant et je travaille seul. Je n'ai pas de collègues avec qui parler lorsque je suis stressé. Y a t-il des solutions pour me défaire de mon stress ?
Dans ce cas particulier, vous pouvez envisager de vous associer avec un partenaire, d'appartenir à des clubs d'entrepreneurs indépendants, des cercles, ou vous pouvez consulter un psychologue expert dans le domaine du stress.

Je ne suis jamais stressé,  même en période de crise ou de coup de feu. Dois-je m'inquiéter ?
Non, pas du tout. Il suffit de se mettre d'accord sur ce que signifie être stressé... Le stress est une réaction à une situation stressante. Nous sommes tous confrontés à des situations stressantes et nous réagissons tous dans ce sens. Nous sommes donc tous stressés mais certains plus que d'autres car les situations le sont, aussi, plus ou moins !


Les hommes sont plus résistants au stress que les femmes ? On dit qu'en période de stress les femmes parlent sans réfléchir et que les hommes agissent sans réfléchir... Qu'en dites-vous?
Les statistiques semblent vous contredire. Par exemple, les dépressions liées au travail touchent entre 8 % et 10 % des hommes et entre 6 % et 8 % des femmes. Dans la pratique, les hommes serrent les dents plus longtemps et consultent moins les médecins, ils résistent plus longtemps mais prennent le risque de craquer plus fortement.

 

grebot 2
Elisabeth Grebot © JDN / Cécile Genest

Pensez-vous que l'ergonomie des postes de travail et l'ambiance sonore et visuelle devraient être un pré-requis pour lutter efficacement contre le stress au travail ?
Evidemment, le cadre de travail est un facteur de stress inclus dans la liste des facteurs de stress par l'Organisation mondiale de la Santé.


Est ce que le stress peut diminuer nos capacités ? Peut-on prendre des médicaments contre ce stress ?
Oui, un degré de stress trop élevé amoindrit les capacités. Les produits légaux exigent de consulter un prescripteur : médecin ou psychiatre. Avant, on peut faire le point avec un psychologue qui a des questionnaires permettant d'évaluer les difficultés psychologiques car le stress masque parfois d'autres problèmes. Les techniques de relaxation ont fait leurs preuves aussi. L'homéopathie peut aider : je la conseille souvent à mes étudiants anxieux qui ont tendance à se tourner vers d'autres produits les détendant mais produisant de la confusion au niveau intellectuel.

 

Est-ce que l'habitude améliore la résistance au stress comme lorsqu'on fait des exercices pour l'endurance physique ?
La question relève de l'expertise biologique. Toutefois, l'endurance physique résulte d'un entraînement progressif. Au travail, l'accumulation des difficultés crée un mal-être : il faut faire attention à réguler son degré de stress, connaître ses limites et surtout s'en fixer. Par exemple, un cadre travaillant 8 heures, puis 10 heures puis 15 heures par jour : est-il possible de tenir un tel rythme longtemps ? Les sportifs ont des compétitions mais elles sont entrecoupées de périodes de repos.

 

Etes-vous favorable à la reconnaissance du stress comme maladie professionnelle ?
Le père du stress, Hans Selye, défendait l'idée que le stress est vital. Dire que le stress est une maladie, c'est "psychologiser" un problème lié au travail et aux conditions de travail.

"Certaines personnes manifestent des attitudes de retrait ou d'isolement"


Dans votre ouvrage, vous dédiez un chapitre au harcèlement moral : quel est le lien entre stress et harcèlement ?
Au travail, certains professionnels disent souffrir du stress et, en fait, ils vivent des situations de harcèlement moral. Des recherches montrent une corrélation entre un mauvais climat de travail (difficile, injuste...) et les agissements hostiles caractéristiques du harcèlement, les arrêts de travail, etc.

 

Si le "patron des patrons" venait vous voir pour endiguer le stress à échelle nationale, quelles mesures lui recommanderiez-vous ?
Ce serait bon signe cela voudrait dire qu'il reconnaît la nécessité de faire quelque chose et le patron des patrons s'adresserait à un laboratoire de la recherche française... Après, je crains qu'il ne me consulte pas car les vendeurs de produits miracle anti-stress sont légions.

 

grebot 3
Elisabeth Grebot © JDN / Cécile Genest

Y a-t-il des techniques ou pratiques au quotidien qui permettent de réduire le stress ou d'en limiter les effets ?
Oui, je recommande les techniques cognitives pour réduire les pensées anxieuses, les techniques de relaxation pour moins souffrir des manifestations émotionnelles, les techniques d'affirmation de soi pour apprendre à faire des compliments à ses collaborateurs au lieu de leur parler des erreurs et des manquements.
 

Que faire face à un patron stressé ?

Lui donner une bonne adresse... Je plaisante ! Sérieusement, il faut poser des limites quant à son espace personnel. On ne change pas autrui s'il ne demande rien et s'il n'est pas conscient de son stress. Par contre, il existe des techniques permettant de le calmer. Par exemple, quelqu'un qui crie, qui hurle : la réponse habituelle est de lui dire de crier moins fort. Le cerveau n'entend pas la négation. Dites-lui de crier plus fort et la surprise marche. C'est la prescription du symptôme ou de l'injonction paradoxale. Sinon, les techniques d'hypnose sont efficaces pour amener un individu énervé au calme. C'est possible mais il faut connaître ces techniques indirectes et subtiles.

 

En savoir plus :

 Dossier Stress au travail

 Burnout : tout sur le syndrome du burn out

 Tous les chats de JDN Management

 

Parcours
Source : JDN Management
Elisabeth Grebot est psychologue et maître de conférences en psychologie clinique et pathologique au département de psychologie de l'université de Reims. Titulaire d'un doctorat de psychologie clinique, elle exerce une activité de recherche au sein du laboratoire de psychologie appliquée dans la spécialité stress, santé et société. Ses recherches actuelles portent sur la souffrance au travail : stress, harcèlement, burnout ou épuisement professionnel... Elle exerce également auprès de cadres en recherche d'emploi. Elle est l'auteur de "Harcèlement au travail" et de "Stress et burnout au travail".

Stress au travail / Burnout