SVOD: qui sera le prochain Netflix français ?

Si la VOD est en plein boom (fois six en cinq ans), son audience en France reste faible (3% du marché total de la vidéo) par rapport aux USA. Le marché devrait être boosté par l'arrivée des américains Netflix et Lovefilm. Sans compter les scores encourageants de Canal Play Infinity (200 000 abonnés).

Un marché en pleine explosion aux États-Unis

Outre Atlantique le marché de la SVOD est déjà en plein effervescence, mené par Netflix, ses 33 millions d'abonnés et 3,6 milliards de CA. La plateforme connaît un succès énorme : sans réelle concurrent aux États-Unis, elle a dépassé Apple en 2011 en terme de part de marché vidéo permettant à la SVOD de se placer devant la VOD et l'EST (vente en téléchargement définitif) avec 46% de part de marché digital.
Le diffuseur américain se paye même le luxe de produire (à 100 millions de dollars tout de même) sa propre série avec Kevin Spacey, « House of cards », dont l'ensemble des épisodes (13) de la série ont été mis à disposition au même moment, le 1er février .

Suivi par la Grande-Bretagne

En Grande-Bretagne, si la plateforme américaine compte 1,2 millions d'abonnés elle est encore distancée par l'offre d'Amazon, Lovefilm, et ses 2,5 millions d'abonnés. Les deux réseaux se livrent actuellement une concurrence féroce afin de proposer le meilleur catalogue de films et séries : pour preuve l'exclusivité signé à la barbe de Netflix le 2 février par Amazon pour la diffusion de la série «Downton Abbey», série la plus regardée en vidéo à la demande.

En France, un marché balbutiant mené par Canal Play Infinity

Dans l'hexagone, les offres SVOD connaissent pour le moment un succès encore limité : le chiffre d'affaire de la SVOD ne représente encore que 10% du marché de la VOD en France. Plusieurs raisons à cela : des offres encore récentes (un an pour Canal Play Infinity) mais aussi un système de diffusion français qui impose un délai de 3 ans entre leur sortie en salle et la SVOD.

Pourtant le potentiel de la SVOD dans les années à venir est considérable : l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications) à publié une étude sur les perceptives de consommations numériques des prochaines années : si la SVOD ne représente pour le moment que 3% du marché actuel, elle devrait voir sa part de marché croître à 12% d'ici 2020 et connaître une croissance plus forte que la VOD.
Les diffuseurs français sont bien conscients du potentiel, jouant des coudes afin de se positionner au mieux sur ce marché. Canal Play Infinity, l'offre de Canal+, reste pour le moment leader du marché en France avec plus de 200 000 abonnés en un an et un catalogue de plus de 1000 films. Video Futur et Filmo TV ont aussi lancé leur offre SVOD même si le catalogue reste pour le moment plus limité. Dailymotion, dont le directeur des contenus Serge Laroye a annoncé dans une interview sur BFM TV "tester des offres de vidéos à la demande payantes avec Dailymotion », a lancé une offre SVOD réservée aux enfants, Dailymotion Kids Plus, qui pourrait être élargie aux adultes en cas de succès.

Netflix et Lovefilm se font attendre dans l'Hexagone

Les offres américaines, dont l'arrivée est prévue cette année dans l'hexagone, devrait donner un coup de fouet au marché. A priori, cette concurrence accrue devrait permettre une baisse des prix globale des abonnements mais devrait aussi attirer l'attention des médias qui pourrait révéler une SVOD au grand public qui leur est encore bien souvent méconnue.

Il y a quelques jours on apprenait que Netflix repoussait à une date indéterminée son arrivée en Europe afin de se concentrer sur le marché américain. Cela ne devrait pas être le cas de Lovefilm, qui devrait se lancer en France en mars 2013. Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, confirmait ainsi cette information dans une interview au Figaro « Lovefilm développe actuellement une offre pour l’ensemble de l’Europe, dont la France » et devrait ainsi proposer son catalogue considérable (5000 films sur l'offre anglo-saxonne) aux Français.

Des partenariats de diffusion ?

Le groupe Vivendi, via sa filiale Canal+, semble en tout cas être sur tous les fronts de la SVOD. Le PDG de la chaîne cryptée, Bertrand Méheut, annonçait ainsi il y'a quelques semaines avoir conclu un accord avec Amazon afin de proposer des films et des séries en exclusivité à Lovefilm.
Enfin en lançant une offre au tarif de 6,99€ par mois, Canal Play Infinity se montrait particulièrement agressif sur le marché de la SVOD. Une offre promotionnelle à 1€ pour le premier mois d'abonnement est même disponible actuellement sur leur site (jusqu'au 28 février).
Objectif : attirer le maximum de nouveaux abonnés. En attendant les Américains.


Autour du même sujet