La révolution Twitter est-elle en marche ?

En perte de vitesse par rapport à d'autres plateformes concurrentes, la croissance de Twitter s'essouffle et la fidélité de ses abonnés laisse à désirer. Mais comment la plateforme de microblogging compte-t-elle s'en sortir ? Rétrospective et analyse de ses dernières évolutions.

Au top de sa forme, Instagram a vu son nombre d'utilisateurs augmenter de 500 % en moins de deux petites années, alors que Twitter peine à développer son audience.

La possible fin du RT (sic)

Gros ménage de Printemps chez Twitter : le design change et ça commence fort. De nombreux utilisateurs ont récemment remarqué, avec surprise, le remplacement du bouton RT par "Share with followers".  Le petit oiseau bleu souhaite voler de ses propres ailes, mais prend exemple sur ses aînés. La Twittosphère surfe désormais sur la tendance Facebookienne et met de côté ce langage considéré comme barbare par les non-avertis. Un des freins qui pourrait, à terme, ralentir le net développement de la plateforme de microblogging. L'idée ? Convaincre les novices et les plus récalcitrants de s'y mettre aussi. 

Identifies-moi et je te dirais qui tu es 

Grosse annonce sur le blog officiel du réseau social : la dernière version so fraîche de Twitter mobile permet (enfin) aux Twittos addict d'identifier leurs relations sur des photos et autres visuels en folie. Pratique, efficace et indispensable. Pénétrer les profondeurs de l'intéractivité entre utilisateurs ne fait plus peur. Autre nouveauté : le réseau social permet à présent d'identifier jusqu'à 10 membres sur une seule et même photo. Le petit plus : cela n'affecte pas les fameux 140 caractères à ne pas dépasser. On se lâche et on peut également insérer jusqu'à 4 photos dans un même Tweet. Et elles s'affichent même de manière plus attrayante dans le fil d'actualité. C'est un peu comme si on venait d'avoir 18 ans et que de nouveaux horizons s'ouvraient à nous. C'est chouette et on en profite. 

La mort du hashtag 

Plusieurs sources grondent depuis quelques temps et font entendre que Twitter souhaiterait peut-être éliminer les hashtags et les arobases des publications. Idée saugrenue, qu'on tente tout de même de percer. L'intérêt subtil, et qui ne nous saute pas tout de suite au yeux, est d'accroître l'audience sur le réseau social et le temps passé par les utilisateurs sur la plateforme. Notre chère Vivian Schiller, grande manitou de l'information chez Twitter, a lâché le morceau lors d'une conférence à Denvers : les hashtags et les arobases ne seraient pas compris par tous. La solution : déplacer l'échafaudage de Twitter en arrière plan. C'est-à-dire ? En mettant le contenu des Twittos plus en avant et l'armature du langage Twitter en arrière-plan, on pourrait augmenter les interactions de qualité.  Le service deviendrait plus attractif pour les nouveaux utilisateurs et les utilisateurs occasionnels, qui représentent une part non négligeable de la bird community.
Le plan d'attaque mis en place par Twitter laisse prévoir une possible et jolie remontée dans les statistiques d'utilisateurs et autres pics de fréquentation. Du moins on l'espère fortement. L'intérêt étant de toucher un public aussi large que celui de Facebook. Pour remotiver la plateforme mythique, qui a fêté ses 8 ans le 21 mars dernier, réduire le flot d'informations inutiles polluant de manière assez envahissante notre fil d'actualité serait un premier pas. Par ailleurs, à défaut de s'inspirer des anciens, il est important de noter que Mark Zuckerberg a toujours veillé à rendre ses services compréhensibles par le plus grand nombre. Nous conclurons donc dans un langage voué à disparaître : #nepasrestersursesacquis. 

Twitter