Et si le succès de Snapchat achevait d'imposer la vidéo verticale ?

Longtemps décrié, le format est de plus en plus prisé des médias et annonceurs. Un revirement qui s'explique surtout par la démocratisation des smartphones et la mode du selfie.

Si la télévision et l'ordinateur ont érigé le format horizontal (4/3 ou 16/9) au rang de norme historique, l'arrivée du smartphone et la popularité d'applications comme Snapchat et Periscope risquent bien d'inverser ce paradigme en remettant au goût du jour un format longtemps décrié : la vidéo verticale. Début juillet, c'est ainsi la nouvelle version Android de Youtube qui permettait enfin d'élargir une vidéo verticale au format plein écran. Quelques semaines plus tard, c'est le vénérable média allemand Bild qui lançait Bild Daily, un JT vertical qui s'inspire du format de diffusion de Snapchat.

L'essor de la consommation de vidéo sur smartphone comme principale explication

Deux exemples qui montrent que l'on ne peut plus taxer le format d'amateurisme (on parlait même de "syndrome de la vidéo verticale") mais, qu'au contraire, il devient tendance ! Un retour en grâce qui tient à la démocratisation des smartphones et à l'essor de la consommation de la vidéo sur mobile. Un univers où il est bien plus naturel de regarder une vidéo à la verticale, sans avoir à perdre quelques précieuses secondes, le temps de disposer son smartphone à l'horizontale. C'est d'autant plus vrai que les smartphones n'ont cessé de grandir au cours des dernières années (l'iPhone est passé de 4,5 à 6,22 pouces) et que des concepts comme le "selfie" sont apparus.

Exemple de news diffusée sur Snapchat par le Daily Mail© Snapchat

Au sein de Snapchat, sans doute l'univers le plus représentatif de cette nouvelle tendance, les contenus diffusés sont ainsi formatés par défaut de manière verticale. De sorte que les partenaires médias de Snapchat Discover, CNN, Cosmopolitan ou encore le Daily Mail, ont été contraints de suivre le mouvement. L'enthousiasme de ce dernier est même palpable à travers une note de blog dans laquelle son PDG prêchait avec l'enthousiasme du nouveau converti fin mars. "Nos conclusions nous amènent à la conviction qu'il nous faut développer de manière agressive les contenus verticaux, surtout au sein de la chaîne Snapchat Discover, et que l'ensemble de l'industrie doit développer du contenu créatif dans ce format." Une profession de foi qui tient sans doute à l'un des chiffres partagés par Snapchat : les vidéos publicitaires verticales auraient réalisé 9 fois plus de vues que celles diffusées à l'horizontale.

Sur Periscope, Meerkat ou Snapchat donc, les annonceurs se pressent eux aussi pour diffuser du contenu de marque horizontal. AT&T ou Burger King sur Snapchat, Taco Bell sur Vine, l'enjeu est d'arriver à des contenus de qualité dans un format inhabituel. Un exercice auquel tous les annonceurs ne veulent toutefois pas encore se prêter comme on peut le voir dans Digiday, qui se fait l'écho d'agences plutôt frileuses vis-à-vis de la pratique. Beaucoup préfèrent encore se concentrer sur le plus "classique" Facebook et ses 1,5 milliard d'abonnés. Forcément, avec ses 100 millions d'utilisateurs mensuels, Snapchat fait encore office de goutte d'eau. 

Snapchat