Résultats décevants pour Yahoo au 3e trimestre

Marissa Mayer a annoncé un accord "search" avec Google dans 20 pays dans le monde qui est l'un des rares motifs de réjouissance. .

Marissa Mayer a dû faire preuve d'une certaine agilité d'esprit, hier, au moment d'essayer de faire passer la pilule de résultats décevants aux investisseurs. Certes, le chiffre d'affaires de Yahoo a progressé au total de 7% pour s'établir à 1,2 milliard de dollars mais le montant reste inférieur aux attentes des analystes. Aussi le revenu excluant les sommes reversées à des partenaires ("ex-TAC"), a lui baissé de 8%.

Le bénéfice net, qui avait lui été gonflé l'an dernier par les recettes de l'entrée en bourse du chinois Alibaba, dont Yahoo est actionnaire, a naturellement plongé. Il a ainsi chuté de 99% en l'espace d'un an pour tomber à 96 millions de dollars. Même en excluant cette élément exceptionnel, la performance reste décevante, avec un bénéfice par action de 13 centimes, en deçà de la prévision moyenne des analystes qui le situaient autour des 15 centimes.

Seul motif d'espoir, l'annonce d'un partenariat avec Google qui va fournir des liens sponsorisés pour les pages de recherche sur mobile et desktop dans 20 pays (mais aucun d'Europe, la faute à l'enquête pour abus de position dominante qui plane sur le géant). Yahoo sera payé sur la base d'un pourcentage du chiffre d'affaires réalisé par Google sur les pages Yahoo. L'accord signé court jusqu'à fin 2018 et n'empêchera pas Yahoo de continuer à recourir également aux services de Microsoft. Un partenaire de longue date qui reste un "partenaire solide", sa mise en concurrence avec Google donnera davantage de "flexibilité" à Yahoo et et devrait "améliorer la monétisation", a assuré Marissa Mayer. Une obligation. Les prévisions pour le quatrième trimestre ne sont en effet pas guère réjouissante. Les revenus ex-TAC sont attendus entre 920 et 960 millions de dollars, très loin des 1,3 milliard de dollars espérés jusque là par les analystes.


 

Yahoo / Marissa Mayer