Graph Search : un service pour les membres de Facebook... et ses annonceurs

Facebook Graph Search publicité data Le réseau social se dote enfin d'un moteur de recherche digne de ce nom et en profite pour affiner son offre publicitaire en matière de ciblage.

Répondant à une attente de longue date, Marck Zuckerberg a dévoilé mardi 15 janvier, la dernière innovation de Facebook, Graph Search. Avec ce nouvel outil, pour l'instant disponible en bêta, le réseau social se dote enfin d'un moteur de recherches digne de ce nom. Attention, prévient Facebook dans un communiqué, "l'outil n'est pas un moteur de recherche Web." Et le réseau social de présenter Graph Search comme une opportunité d'enrichir l'expérience de ses utilisateurs sur la plateforme. Plutôt que de se risquer à une concurrence frontale avec son vieux rival, Google, sur le terrain du search, la firme de Palo Alto reste donc positionnée sur le social, faisant basculer le paradigme de sa navigation, de la sérendipité à l'utilité. Concrètement, l'outil se présente comme une opportunité d'en savoir plus sur ses amis et leur opinion concernant un sujet précis voire de se découvrir des centres d'intérêts partagés. Et pour quiconque voudrait étendre ses recherches à Internet, le partenariat noué avec Microsoft depuis quelques années permet d'atterrir sur les résultats de Bing.

La data : le nerf de la guerre

Le système est certes embryonnaire, ne se focalisant que sur les personnes, les photos, les lieux et les centre d'intérêts et ignorant donc, pour l'instant, les statuts, mais il représente un véritable bon en avant pour Facebook dans l'exploitation de son trésor de guerre : son milliard d'utilisateurs, ses 240 milliards de photos et plus de 1000 milliards de connexion... Car en filigrane de cette décision d'enrichir l'expérience utilisateur se profile celle de séduire les annonceurs, en leur proposant un nouvel outil pour qualifier leur audience et envoyer des publicités ciblées. Et en profiter au passage pour augmenter la valeur des impressions publicitaires servies sur ses pages. "Facebook Graph Search va sans doute permettre au réseau social de valoriser un peu plus les données utilisateurs auprès des annonceurs, avec plus d'opportunités de publicités personnalisées", explique Eden Zoller, analyste en chef chez Ovum. En croisant les informations dont il dispose déjà sur les utilisateurs à celles récoltées via les recherches effectuées par ces mêmes utilisateurs, le réseau social oriente donc un peu plus son business model vers le prédictif. Non content de proposer aux annonceurs de recibler les internautes passés sur leurs sites via le Facebook Exchange, Facebook sera bientôt à même de leur proposer de cibler ceux qui ont effectué des recherches en affinité avec leurs marques ou produits.

 

Le danger de l'intrusion dans la vie privée

Dans cette course à l'exhaustivité publicitaire se profile toutefois un ultime obstacle, et pas des moindres : la confidentialité des membres du réseau. Si Facebook se défend de toute intrusion, n'indexant que ce qui est déjà visible, ne doutons pas qu'il devra développer ce service avec des pincettes. "C'est obligatoire, tant Facebook a un certain passif en ce qui concerne l'exploitation de données personnelles", rappelle Eden Zoller.

Autour du même sujet