Taux de crédit immobilier au plus bas : pourquoi ils ne remonteront pas

Dès octobre 2013, In&Fi Crédits avait anticipé une baisse des taux. Et effectivement, en l’espace d’un an, le taux de crédit fixe moyen pour une durée de 20 ans est passé de 3.30 % en 2013 à 2.70 % en 2014. L’écart, de 0.60 point, représente une baisse de près de 20 %.

Les raisons qui ont provoqué cette baisse sont toujours d’actualité :
  • Des taux de refinancement auprès de la BCE à 0.05 %. Un plus bas jamais égalé.
  • Des liquidités abondantes.
  • La permanence de la concurrence interbancaire.
Aujourd’hui, les très bons dossiers (situation stable, apport supérieur à 10 % et endettement inférieur à 33 %) bénéficient à 15 ans d’un taux à partir de 1.90 % et pour 20 ans d’un taux de 2.35 %. Il s’agit là de taux plancher, du jamais vu !
Nous sommes dans un cas très particulier où dans le coût du crédit, la charge des frais de fonctionnement de l’établissement de crédit est supérieure à son coût d’acquisition des ressources.
Dans ces conditions il n’y a quasiment pas d’espace pour une marge sur les financements réalisés aux  taux de 1.90 % sur 15 ans et 2.35 % sur 20 ans.
En l’état, les taux immobiliers resteront durablement dans le tunnel actuel ; au moins tant qu’il n’y aura pas de modification du principal taux directeur de la BCE.
Une perspective de hausse n’est pas envisageable en l’absence de croissance corrélée avec une inflation inférieure à 1 %.
Sur le fond, une opportunité pour une baisse des taux pourrait notamment intervenir en cas de réduction significative des coûts de fonctionnement des réseaux bancaires. Tous ont engagé une politique en ce sens.

Autour du même sujet