Quelques secrets bien cachés du cloud 2.0 d'OVH révélés

Lors de l'événement européen de Docker, OVH a levé le voile sur le rôle central des containers dans son offre. L'hébergeur utilise cette technologie depuis de nombreuses années.

Une équipe d'OVH avait fait le déplacement à la DockerCon Europe les 16 et 17 novembre à Barcelone pour promouvoir SailAbove : le cloud taillé par l'hébergeur roubaisien pour le monde des containers. Actuellement en bêta, il permet de gérer en mode cloud des images d'application dockérisées en production. Présent via un stand sur l'espace d'exposition de l'événement européen de Docker, OVH a également donné pour l'occasion une conférence sur la manière dont il utilise les containers au sein de son infrastructure.

OVH utilise les containers... depuis des années

Il faut savoir que le géant français de l'hébergement utilise les containers depuis de nombreuses années. L'information nous avait été glissée par le fondateur d'OVH, Octave Klaba, lors du dernier OVH Summit en septembre dernier. L'exposé réalisé par les équipes de SailAbove à la DockerCon Europe a dévoilé les principales technologies sous-jacentes à cette pratique, et les services concernés au sein de l'offre d'OVH.

Plusieurs offres majeures de l'hébergeur sont motorisées par des containers

Première surprise : plusieurs offres majeures de l'hébergeur sont motorisées par des containers. C'est le cas notamment de son service d'hébergement mutualisé. Celui-ci repose sur des containers (non-Docker) qui ont été optimisés pour gérer l'isolation de l'espace alloué à chaque client sur le serveur mutualisé, à la fois en termes de sécurité et de performance. L'offre SQL Privé - qui fournit des bases MySQL dotées de ressources dédiées - est également motorisée par une infrastructure de container. Basée historiquement sur la technologie Solaris Zones, elle a évolué courant 2015 vers Docker.

Les offres d'hébergement mutualisé et de serveur SQL privé d'OVH reposent sur des containers. © Slide d'OVH / Photo JDN

Un système d'information interne containérisé

Quant à l'offre de serveurs privés virtuels d'OVH, elle était aussi basée historiquement sur des containers, de technologie Linux OpenVZ. En 2015, elle a été migrée vers le cloud d'OVH (qui repose sur OpenStack) sur lequel elle est donc désormais basée.

Mais la politique d'OVH en faveur des containers ne concerne pas uniquement ses infrastructures d'hébergement et son PaaS SailAbove. L'environnement de développement logiciel du groupe repose, lui-aussi, sur une logique de containers (elle, sous Docker), tout comme la plupart des applications du système d'information interne (via une infrastructure de cloud privée baptisée en interne Code Engine).

Liste des fonctionnalités de SailAbove. © Slide d'OVH / Photo JDN

Le cloud orienté IoT d'OVH fait appel à Docker

L'exposé réalisé à la DockerCon Europe par OVH a en outre permis d'apprendre que le cloud de l'hébergeur dessiné pour l'Internet des objets (IoT PaaS TimeSeries), lui-aussi en bêta, fait appel à SailAbove et à ses containers Docker. "IoT PaaS TimeSeries peut en effet s'adosser aux containers de SailAbove pour effectuer, en amont, des traitements sur les flux de données en provenance d'objets", explique Jean-Tiare Le Bigot, responsable technique de SailAbove. "Un container pourra par exemple exécuter une fonction, en Python, JavaScript / NodeJS ou tout autre langage, pour découper des logs en provenance d'un réseau d'objets, voire même gérer un processus pour décoder les messages entrants dès cette phase de streaming de données."

"Avec SailAbove, l'objectif est de simplifier et d'accélérer le passage de containers en production en évitant aux développeurs d'avoir à se soucier de l'infrastructure. Et ce, pour une application aussi complexe soit-elle en termes de services ou microservices", indique Jean-Tiare Le Bigot (ci-dessus le stand de l'équipe SailAbove à l'occasion de la DockerCon Europe 2015). © JDN

 

Serveurs / OVH