Le VP infrastructure de Google pense que le cloud pourrait rapporter au groupe plus que la publicité

Google, distancé par AWS et Microsoft Azure, a l'intention de rattraper son retard et devenir une véritable entreprise cloud d'ici 2020.

Urs Hölzle, 8ème employé de Google et grand patron du cloud du groupe américain, estime que d'ici les cinq prochaines années, le chiffre d'affaires de Google Cloud Platform pourrait dépasser celui tiré par le groupe de la publicité.

"L'objectif pour nous est de parler de Google comme d'une entreprise cloud d'ici 2020", a expliqué Urs Hölzle lors de la conférence Structure à San Francisco. Cela représenterait une énorme transformation de l'activité de Google. L'entreprise a tiré 89% de son chiffre d'affaires de la publicité en 2014, essentiellement à l'aide des publicités lucratives qui apparaissent aux côtés des résultats de recherche.

Cela impliquerait pour le groupe d'intensifier sérieusement son activité cloud, qui est généralement considérée comme étant en retard face à la concurrence.

"Notre taux de croissance est probablement le meilleure du secteur" (Urs Hölzle - Google)

Google Cloud Platform apparait le plus souvent distancée par Amazon Web Services et Microsoft Azure, les deux leaders d'un marché du cloud en pleine expansion, principalement parce qu'elle a eu du mal à construire des relations solides avec les grands comptes - dont elle a besoin pour faire recette.

Le cloud de Google : un parcours similaire à Android, selon Hözle

Mais, sur la scène de la conférence Structure à San Francisco, Hölzle a garanti que "Google rattrapait son retard". Il a défendu la position de l'entreprise sur le marché du cloud computing, et a affirmé qu'il y avait de la place pour la faire progresser.

"Notre taux de croissance sur le cloud est probablement le meilleure du secteur… et nous avons beaucoup d'entreprises clientes, beaucoup d'entreprises clientes heureuses", a-t-il déclaré.

Pour lui, la compétition observée aujourd'hui sur le terrain du cloud est comparable à celle liée à l'émergence du smartphone : le tout premier iPhone, sorti en 2007, avait créé la demande. Mais malgré un départ plus tardif, Android est devenu ensuite le système d'exploitation mobile le plus populaire du monde.

"J'espère que nous serons l'Android de cette histoire", a indiqué Urs Hölzle.

Intérieur d'un data center de Google. © Google

Tirer toujours plus de ressources machines de l'infrastructure

L'argument d'Urs Hölzle : l'excellente capacité de Google à tirer de plus en plus de ressources de son infrastructure informatique. Ce qui lui donne la capacité d'offrir toujours plus de performance tout en affichant des prix toujours plus bas.

Cette performance permet aux développeurs de faire toujours plus à moindre coût, ert crée ainsi un cercle vertueux à l'avantage des clients. "Vous rendez les gens plus productifs en investissant dans des ressources machines", a souligné Urs Hölzle.

"Dans les 5 prochaines années, il y aura plus de changements dans le cloud que lors des 5 dernières" (Urs Hölzle - Google)

Même si Urs Hölzle sait que Google est perçu à la traîne sur le marché du cloud, il estime que "la situation évoluera rapidement" - notant même que des annonces prochaines de Google "contribueront à estomper tout doute".

Et même si le cloud reste encore un phénomène nouveau, les opportunités à saisir pour Google demeuraient nombreuses, malgré le succès précoce d'Amazon. "Je pense que dans les cinq prochaines années, il y aura bien plus de changements dans le cloud que lors des cinq dernières", a finalement affirmé Urs Hölzle.

Information : Jeff Bezos est un investisseur de Business Insider via sa société personnelle d'investissement Bezos Expeditions

 

Article de Matt Weinberger. Traduction par Caroline Brenière, JDN

Voir l'article original : Urs Hölzle, Google's 8th employee and tech guru, thinks the cloud could make more money than ads

Microsoft / Google