Dropbox a quitté le cloud d'Amazon pour sa propre infrastructure

Dropbox a internalisé le stockage des données de la plupart de ses utilisateurs, auparavant stockées chez Amazon. Le projet lui permettrait de réaliser des "économies substantielles".

Dropbox a pu croître en s'appuyant sur l'élasticité du cloud d'Amazon : les fichiers de ses utilisateurs étaient en fait stockés sur le service Amazon S3. Mais, sans doute parce que sa croissance est désormais plus prévisible, Dropbox a changé son fusil d'épaule, et annonce aujourd'hui avoir quitté Amazon. Les fichiers sont désormais stockés au sein de sa propre infrastructure (sauf en Europe, où S3 est encore utilisé).

La migration a duré 2 ans et demi. Dropbox a développé des solutions personnalisées pour ses besoins, que ce soit côté logiciel mais aussi côté matériel. Dropbox a en effet bâti ses propres machines : des boites de 45 cm x 105 cm x 15 cm baptisées "Diskotech" et capables de stocker un pétaoctect de données. Par dessus, du logiciel, appelé lui "Magic Pocket" comme le projet de migration, a aussi été adapté aux besoins de Dropbox. D'abord, le langage "Go" de Google a été utilisé, mais finalement "Rust" lui a été préféré, pour des raisons de consommation de mémoire.

Selon Dennis Woodside, le COO de Dropbox, interrogé par Wired, l'entreprise va pouvoir dégager "des économies substantielles" en réalisant elle-même ses opérations de stockage.

Amazon / Amazon S3